L'Association

AGA de l'ALSFX 2019

Notes de compte-rendu.

Adam Gibbs à l'Exécutif, en remplacement de Tom Morris.  

Constitution (Raymond Noël): Ajustements, selon le document disponible, adoptés à la très grande majorité.  

Fonds d'empoissonnement (Stephen Yeats et autres intervenants): 2 350$ en réserve au Fonds et discussions sur l'avenir de ce programme. Il n'y aurait pas grand nombre de pêcheurs. (Mais il y avait plusieurs amateurs de pêche sur les quais privés cette fin de semaine, à Newaygo.) Besoin d'une barrière à poisson à la sortie du lac avant de recommencer l'ensemencement. Suggestion d’un intervenant de relâcher de plus grosses truites; elles coûteraient plus cher mais ne quitteraient pas le lac, selon lui. On vote de maintenir la cotisation de 10$ en attendant de statuer sur l’avenir de l’opération. (Il y aura aussi mention au budget du 5$ pour dépenses environnementales.) 

La santé du lac (Jim Clark): Pas de plantes exotiques envahissantes selon l'inventaire de l'an dernier, avec embarcations, aquascopes et bénévoles. L'eau est bonne; résultats sur site de l'ALSFX (pas trouvé…). Mathieu Madison a été la personne-ressource pour les conseils et l'action à venir. 

Bouées (Raymond Noël): «C'est la responsabilité de la municipalité; adressez-lui toute question.» (Point, à la ligne.) 

Rapport financier (Susan Welsh) : Voir le budget ci-joint.

Période de questions
1. Charger pour le lavage des embarcations? Rép. de M. David Zgodzinski: Non; certains vont préférer s'infiltrer plutôt que de payer même 5$. Et la contribution volontaire représente déjà trop d'administration pour ce qu’elle rapporte. Faudra trouver d'autres façons de partager les coûts avec les touristes. 
2. On voudrait que l'Association nous donne ici de l'information sur ce qui se passe à la municipalité. DZ Je suis là pour répondre à vos questions; et facile à rejoindre. Venez à la séance du Conseil municipal. RN Ce n'est pas un sujet propre à l'AGA. On a accordé du temps au maire pour répondre aux questions dans le passé et cela a détourné l'attention à porter à nos propres affaires, tout en amenant des sujets propres à des particuliers.
 
*Ces notes de compte-rendu sont émises sous toutes réserves. Il nous a été impossible de suivre correctement le déroulement des interventions venant de la tribune comme de la salle. La grande majorité des présentations comme des questions ont été, comme d’habitude, en anglais et, même si le président a mis un grand soin à veiller à la traduction de chacune, cela ne pouvait suffire à les rendre intégralement compréhensibles pour tous.
Pour une telle assemblée, l’accompagnement par un Power Point, comme cela avait pu être le cas il y a quelques années, pourrait peut-être permettre à toutes les personnes présentes de ne rien manquer. Le nombre de gens dans la salle pouvant en effet encore dépasser celui des 75 membres indiqué au budget, et l’événement ne se reproduisant qu’une fois l’an, un PPP nous semblerait justifié.

Par Carl Chapdelaine.

Train à vapeur 

vapeur.mp3

A g A de l’Ass. du lac St-François-Xavier; notes de compte-rendu

L’assemblée générale annuelle était brillamment présidée par le président de l’Association, M. Raymond Noël. Il assurait également la traduction des échanges au besoin. Nous estimons l’assistance à plus de 100 personnes.

Mot de bienvenue et logistique

1. Le président annonce qu’il y aura une corvée le 24 août (un vendredi?) pour faire l’inventaire des plantes aquatiques. Il invite les bénévoles éventuels pour cette opération à l’indiquer sur la feuille en circulation dans la salle.
2. Il demande aux personnes de l’assistance de poser toute question dans leur langue; il veillera à les traduire le cas échéant. Il demande à être bref et à réserver les questions pour la période allouée, à moins qu’il ne s’agisse d’une demande d’éclaircissement ou de procédure sur le sujet en cours.
3. Malgré que la présentation d’un projet de nouvelle constitution soit un élément important prévu à l’ordre du jour et appelant un vote, le président annonce que, vu l’absence imprévue du principal intéressé (Thomas Morris), ce sujet ne pourra pas être traité à fond à la présente AGA.
4. Mme Colleen Horan, qui assurait entre autres les services de secrétariat depuis de nombreuses années pour l’Association, a démissionné de son poste. Une seule candidate, Mme Sheila Yeats, s’est présentée pour remplir le poste devenu vacant à l’Exécutif et a donc été élue par acclamation. Faute de candidats, ses sept autres membres sont donc reconduits. Une plaque de reconnaissance, au logo de l’Association, est remise à Mme Horan avec les remerciements de ses collègues et sous les applaudissements de l’assemblée.

Bref rapport sur les activités de l’Exécutif

1. Trois bouées (privées) ont été placées sur le lac en remplacement des petits radeaux qui indiquaient le début ou la fin d’une zone de vitesse réduite à 10km/h. L’une a été achetée par la Municipalité; l’Association a dû défrayer le coût des deux autres. Les bouées de navigation ont été remises à l’eau en retard (en juillet) en raison d’un problème de moteur du bateau-ponton utilisé.
2. L’Exécutif a rencontré des responsables du Club de Canoë-Kayak Viking pour discuter de certains problèmes. L’Exécutif s’est laissé convaincre que les responsables au Club s’assurent que la procédure de lavage des embarcations relevant du Club soit respectée méticuleusement, que ses embarcations aient les autocollants appropriés en conformité avec cette réglementation. Ils vont même au-delà de leurs obligations en prévenant au besoin de simples visiteurs au lac de la nécessité de suivre le protocole légal établi. Ils prendront soin de ne pas générer de bruit excessif lors de 5 à 7 reliés à leurs activités; l’exception étant l’usage du mégaphone lors de leurs régates annuelles.
3. Colleen Horan rappelle qu’une feuille est en circulation dans la salle pour recevoir les noms et les coordonnées des volontaires et l’indication de leurs préférences de service.
4. Mme Horan indique que les services de surveillance et de lavage d’embarcation(?) n’étaient pas offerts avant le 23 juin, constat inacceptable pour l’ALSFX qui a dû pallier cette lacune. Elle enchaîne avec un vif plaidoyer justifiant la position de l’Association en faveur de l’appui à la résolution de la Municipalité concernant sa reprise en charge pour la MRC du mandat pour les services jusque-là, très négligemment souligne-t-elle, offerts par la Coop des 4 Pôles au Pavillon Montfort ainsi que pour l’entretien et (selon l’Exécutif?) la surveillance dans l’accès au lac en divers endroits. 
Elle affirme haut et fort que l'Association (à moins qu'il ne s'agisse de la Municipalité) a reçu (lors d'un sondage par courriel) un appui largement majoritaire de ses membres (ou de la population s'il s'agit de la Municipalité) dans ce sens.
Mme Horan donnera un exemple pour justifier ce constat de négligence de la part de la Coop qui aurait laissé entrer des embarcations non lavées dans le lac. (Aucune défense de la part de la Coop ne paraît avoir été rapportée ou sollicitée par l'Association ou la Municipalité face à ces accusations…) (Nous accueillerons ici toute correction ou toute précision qui nous aurait échappée.) 
M. Noël indiquera à l’assistance que certains propriétaires n’arborent pas l’autocollant réglementaire sur leur embarcation.

Empoissonnement

(N’ayant pas reçu copie des états financiers où étaient indiqués certains détails sur ce sujet, il nous a été difficile de bien comprendre la présentation qu’en a faite M. Stephen Yeats.)
Nous croyons avoir entendu que 1 500 truites avaient été relâchées dans le lac en trois ans et que les pêcheurs n’en avaient pour autant pas vraiment attrapées. L’argent serait alors mal utilisé. Jadis, FAPEL aurait conseillé de relâcher des poissons de 11 pouces; ce qui n’a pas été le cas. Selon des recherches internes, on a trouvé par exemple que dans certains lacs on avait mis un nombre de truites relativement bien plus important qu’ici. Le constat reste que l’opération ne fonctionne pas. Faudrait-il installer une barrière à l’exutoire du lac et nettoyer le fond des ruisseaux qui s’y jettent pour permettre aux truites d’y frayer? Un intervenant mentionne que l’on a les mêmes discussions au lac Notre-Dame.
On nous a rapporté hier que M. David Clark avait interrogé l’Exécutif sur l’absence de lâcher de truites dans le lac en 2017. (Sous toute réserve, car nous n’avons pu bien entendre ses propos à l’AGA.) Le budget pour 2017-18 indique 0$ comme montant dépensé à ce chapitre; (même si les membres, à l’AGA de 2017, avaient rejeté une demande de l’Exécutif de suspendre l’empoissonnement pour ladite période, comprenons-nous).
Le président mentionne que ce sont les membres qui diront à l’Exécutif quoi faire avec cette activité.

La santé (équilibre) du lac

M. Jim Clark (?), en charge de ce dossier, en fait la présentation. (Nous reprendrons en nos propres mots ce que nous avons pu retenir de ses propos.)

1. L’atelier «Santé du lac 101» organisé par l’Association au Pavillon Montfort, le 23 juin dernier, a rassemblé de nombreux membres et résidents. M. Mathieu Madison, biologiste enseignant au collège de Rosemont et président d’Abrinord, a communiqué de précieuses informations sur la protection du lac Saint-François-Xavier, tout en répondant aux questions et en échangeant avec l’assistance regroupée par tables-ateliers.

2. Les principaux points identifiés en conclusion des ateliers furent, entre autres :
  a.       La nécessité de voir à l’efficacité et à la mise à niveau des installations sanitaires.
  b.      Prévenir l’introduction de toute espèce aquatique envahissante.
  c.       Voir à la réduction de la sédimentation (qui origine des berges et de tout le bassin-versant); laquelle affecte sérieusement un lac. Il ne s’agit pas seulement des interventions publiques, mais des mesures à être adoptées au besoin par chaque propriétaire.
  d.      Le suivi des programmes d’évaluation de la qualité de l’eau (et du degré d’eutrophisation des deux bassins du lac.)
  e.      La communication et la sensibilisation; sans oublier les problèmes d’accès au lac.

3. Prochaines étapes
  a.       Évaluer le choix et l’efficacité des programmes de suivi de la qualité de l’eau et de l’état du lac.
  b.      ?
  c.       Collaborer avec la Municipalité dans le dossier des installations de traitement ou d’évacuation des eaux usées, dont les systèmes septiques.
  d.      Un montant a été alloué pour un éventuel mandat à un groupe de travail sur l’élaboration d’un plan d’action environnemental sur 5 ans pour le lac. (L’item «projet - environnement» du budget indique 368$ pour 2017/18 et 4,100$ pour 2018/19.)

Communications

De ce que nous avons compris de la présentation de M. Russel Watson :
L’Association a besoin d’un site internet pour communiquer avec les membres (et le public…), échanger l’information de façon rapide et pratique; particulièrement sur les sujets et actions à son programme, comme le RSVL. L’Association reçoit des demandes d’information et il est nécessaire d’utiliser un tel moyen de communication.
On aura besoin de collaborateurs.
Le site, suivrait un peu l’exemple de celui de lac Barron [Il serait en construction et fonctionnel d’ici deux mois. (?)]

La Constitution

Un projet de nouvelle constitution avait été communiqué aux membres. Plusieurs personnes de l’assistance avaient déjà des questions sur le sujet, malgré que le président ait eu mentionné que la présentation prévue sur ce dossier serait remise en raison de l’absence du principal intéressé. 
Certains affirmaient qu’il fallait plus de temps aux membres et plus de discussions avant d’adopter un document d’une telle importance. 
Devant les réserves exprimées, M. Raymond Noël proposa aux intéressés de faire parvenir leurs commentaires sur la version soumise; que de nouvelles versions seraient proposées suite à l’évaluation des suggestions et que la discussion prévue cette année serait reportée à la prochaine AGA.

Période de questions reliées aux activités de l’Association

1.       M. Dave Clark demande si l’on s’assure que, lors de la mise à l’eau d’embarcations à la plage, la procédure de lavage est respectée. Mme Horan lui répond que c’est très difficile de toujours surveiller ce qui se fait à la plage. De nombreuses personnes ne sont visiblement pas sensibilisées au danger d’introduction de plantes envahissantes dans le lac.
2.       Sur la question de savoir qui signifie une infraction et donne une contravention, on expliquera au soussigné que cela relève d’une employée de la municipalité. (Il s’agirait de la préposée au Pavillon Montfort, nous signalera-t-on d’autre part.)
3.       Sur la Constitution, M. Dave Clark suggère d’avoir une réunion de volontaires pour y travailler. Mme Diana Jegou croit qu’il faudrait en discuter à une assemblée générale, peut-être la prochaine AGA. M. Jacques St-Laurent pense qu’il faudrait y consacrer toute une assemblée.
Le président affirme que l’on va demander aux membres ce qu’ils préfèrent et propose que le sujet soit remis à l’ordre du jour de l’AGA de 2019. Adopté!
4.       À propos de la mention de recherche sur la question de l’empoissonnement, M. David Clark demande à ce qu’on fasse connaître ces recherches aux membres. Le président dit que tout sera disponible par internet. M. Stephen Yeats rapporte le sens de propos de M. Mathieu Madison à l’effet que ce ne soit pas vraiment une question environnementale, mais plutôt un enjeu social.

États financiers

Mme Susan Welsh fait la présentation de ses états financiers.
On a reformulé la présentation.
Il y aura 4 500$(?) pour le projet de plan environnemental sur 5 ans. On demande si l’on a fait appel au Fonds environnemental du lac Saint-François-Xavier pour financer ce projet. Le président répond que l’on n’en était pas encore rendu là. Le conseiller municipal et ancien trésorier du Fonds, M. David Zgodzinski, indique que le projet cadrerait bien avec les critères de sélection de projet de cet organisme. 
Il y a aussi une somme pour la traduction de la constitution faite par des services professionnels.

Période de questions générales

1.       M. XYZ : Concernant le plan environnemental(?), il y a un endroit du lac où le plus important problème environnemental a bien été identifié, mais sur lequel on ne s’est pas penché, c’est l’exutoire du lac Thur(t)son dans le bassin Newaygo du lac Saint-François-Xavier. Le fond du lac à la tête de cette baie a été et demeure surélevé de 2 à 3 pieds, suite à la destruction du barrage de castor au premier lac, de sorte qu’y fleurissent même maintenant plein de plantes aquatiques. L’ALSFX devrait demander au Fonds de financer une étude et un projet de restauration de l'état de cette baie. M. David Clark fait remarquer que ce sera difficile de nettoyer cet endroit, et qu’il faudrait saisir M. Mathieu Madison du problème. Le président du Fonds affirme que toute demande de l’Association de financement d’une analyse/projet dans ce cas ou tout autre sera étudiée.
2.       Le soussigné demande au président de quel droit il a fait parvenir, au nom de ses membres et à leur insu, une lettre d’appui à la résolution de la Municipalité, adoptée la veille, demandant à la MRC de lui laisser reprendre la gestion du Pavillon Montfort et de l’entretien du Sentier des Orphelins, entre autres, des mains de la Coop des 4 Pôles. Et comment pouvait-on agir ainsi, à la Municipalité comme à l’Association, sans permettre une défense à l’organisme visé devant des accusations de négligence. En réponse, M. R. Noël rappelle les résultats concluant d’un sondage auprès des membres et son droit d’agir en leur nom. Il ne commente pas la deuxième interrogation.
3.       M. David Clark, à propos de ?, rappellera que l’Exécutif doit être le porte-parole de tous et non pas d’un groupe en particulier.
4.       M. R, Noël indiquera que, dans le cas de l’empoissonnement, l’Exécutif n’avait pas reçu de directive des membres.
5.       Le président rappelle que l’AGA du Fonds aura lieu le 11 août, à 9h 30. Que les Régates et la soirée communautaire se tiendront samedi prochain, le 28 juillet, (à la plage et au Pavillon Montfort).

La sécurité sur le lac

M. Raymond Noël souligne trois points :
1.       Les nageurs qui s’aventurent au-delà des berges sur le lac devraient être accompagnés d’une embarcation, car on pourrait ne pas les voir et les frapper.
2.       Les embarcations et autres non-motorisées devraient longer les rives et ne pas risquer de voir celles à moteur les mettre en danger ou nuire à leur déplacement.
3.       Les embarcations motorisées doivent donner la priorité à celles qui ne le sont pas.
4.       Question inaudible de Mlle Beauchamp.
5.       Mme Diana Jegou rapportera que des nageurs partent de la plage et vont largement au-delà de la ceinture qui la délimite dans le lac, se mettant ainsi en danger et forçant les embarcations motorisées à la plus grande prudence.
6.       Selon Mme Jegou, les bouées sont mal placées sous le rapport de leur distance des berges. M. Russel Watson répondra que l’on a dû procéder à leur installation à toute vitesse. Le tout devrait être rectifié.

Sous toutes réserves, par Carl Chapdelaine

1. Nous étions en premières rangées et souvent seule la traduction des échanges dans la salle, le plus souvent en anglais, nous permettait d’en suivre le déroulement. Malgré tout, nous n’avons pu tout comprendre; d’autant plus que, ayant annoncé le non-renouvellement de notre adhésion, nous n’avions pas reçu les états financiers avec l’aperçu des quelques projets dont on allait discuter.



Notes de compte-rendu de l'AGA 2017 de l'ALSFX      

Le président, M. Raymond Noël, préside également l’assemblée.


Procédure


1. M. Noël rappelle d’abord les règles du déroulement de l’assemblée. M. Adrian Hausermann sera mis à contribution pour la traduction des interventions dans l’autre langue. Puis viendra l’approbation de l’ordre du jour et du procès-verbal de l’AGA 2016.


2. On procède immédiatement à l’élection qui permettra de reformer le conseil d’administration (comité exécutif) de huit membres, suite à la démission de deux de ses administrateurs. Les membres en règle avaient reçu, à l’entrée, le bulletin de vote avec la dizaine de noms, soit des six administrateurs sortant, soit des candidats désireux d’accéder au comité. (Le président, M. Raymond Noël, nous expliquera que le comité exécutif et chacun de ses administrateurs sont tenus de solliciter un nouveau mandat à chaque année. Mais il était fréquent dans le passé que la confiance des membres leur soit accordée en bloc, par vote à main levée, et qu’ils soient reconduits pour une autre année. Les postes vacants peuvent de même être comblés par acclamation si le nombre de candidats ne dépasse pas le nombre de démissionnaires. En tout autre cas, l’élection amène, parmi les administrateurs sortant, les trois obtenant moins que les autres à être confrontés au score des nouveaux candidats.)
Les candidats seront appelés à se présenter; puis on passera au vote. Le dépouillement se fera en arrière-scène, sous la supervision de M. Jacques Saint-Laurent; les résultats seront annoncés en cours d’assemblée. (Les six membres sortant de l’exécutif seront tous réélus; alors que, parmi les quatre nouveaux candidats, M. Jim Clark(?) et M. Morris(?) s’ajouteront aussi à eux.)


Rapports d’activités


1. Les deux petits radeaux de signalisation sur le lac. Le président nous informe que l’un des deux a été remplacé. L’autre le sera également; mais l’on discute toujours du partage des tâches avec la Municipalité et de l’engagement des coûts comme de la responsabilité civile qu’il implique.


2. Les plantes envahissantes. R. Noël reprend les propos de son courriel du 6 juillet et énumère les actions menées par le Comité exécutif autour de cette question: «Nous sommes très inquiets concernant la possibilité d’envahissement par le myriophylle à épi. Il est déjà présent dans plusieurs lacs, dans et aux alentours de la municipalité».
Il précise l’intention derrière la consultation légale à propos de l’implication de l’Association dans une entente de collaboration avec la Municipalité concernant l’application de la réglementation sur la protection et l’accès aux plans d’eau. La Municipalité, précise-t-il, ne s’engage qu’à deux visites de surveillance par saison sur le lac. Par ailleurs, le contrôle opéré par la Coop des 4 Pôles, au quai public du Pavillon de Montfort, ne devait débuter que le 24 juin. L’ALSFX a donc constitué une équipe d’étudiants chargée de sensibiliser ceux venant mettre une embarcation à l’eau à l’obligation de la laver, et de leur indiquer où et comment le faire. La station du «lave-embarcation» de Montfort étant maintenant utilisable en tout temps. Photos du mois


3. Communications. M. Russell Watson parle du succès de la page Facebook de l’Association, doublée de l’envoi en bloc de courriels aux membres en complément d’information. La création projetée d’un site internet impliquerait une dépense très importante, alors que la page Facebook et le système de courriels semblent suffire. Le projet est abandonné.


4. Constitution et bulletin. Administratrice démissionnaire, Mme Shelagh-Jane Woods a travaillé longtemps sur un projet de renouvellement de la constitution de l’Association. La tâche demeure complexe et l’implication de tous sera nécessaire pour la compléter.
De même, Mme Woods explique que la publication du bulletin, deux fois l’an, pèse lourd sur les épaules de ceux qui y contribuent activement; il est suggéré de le remplacer par la diffusion d’information d’actualité au moyen de l’Internet. Des membres s’opposeront à la disparition du bulletin.


5. Protection du lac et programmes de suivi. Mme Colleen Horan explique le déroulement de la collecte d’échantillons d’eau et la mesure de la transparence, dans le cadre du protocole du RSVL dont elle et M. Felix Hausermann assurent l’opération depuis déjà nombre d’années. Le rapport du RSVL pour 2016 n’est pas encore disponible (problèmes internes au RSVL).
Elle rappelle aussi l’opération menée depuis plusieurs années avec les services de Notreau, pour vérifier la qualité de l’eau pour la baignade, aux sites choisis par le Dr. Richard Carignan.
Elle s’attache aussi à décrire le rôle des étudiants qui surveillent l’accès à l’eau, au Pavillon, à la plage et à la marina (quand?). Ils ne procèdent pas au lavage mais indiquent comment utiliser la station. Une participation du Fonds environnemental(?) permet de les rémunérer(?). Elle fait appel à tous pour surveiller ce qui se passe sur le lac, avec rapport sur les contrevenants à la réglementation et prise de photos.
Mme Edna Schell demande pourquoi cela ne relève-t-il pas d’abord de la MRC. Le président invite M. le maire Genest à répondre à cette interrogation. Mme Schell parle de ce qui se fait ailleurs et demande si l’on a cherché pour des exemples. M. Noël indique que l’Association a consulté d’autres organisations.
M. le maire parle d’une somme de 5 000$ consacrés par la MRC à la station de lavage de Montfort.* Il explique que, pour sa part, la Municipalité a engagé des fonds pour la sensibilisation des résidents et visiteurs au danger des espèces envahissantes et à sa nouvelle réglementation. Mais, la participation active des organisations de protection de lac est indispensable; il cite le cas de l’étroite collaboration entre les riverains et la Municipalité au lac Laurel (pris avec le myriophylle à épi), et compte sur l’ALSFX pour le lac Saint-François-Xavier.


6. Données historiques sur la qualité de l’eau. M. David Clark est invité à présenter le travail qu’il a accompli sur les données historiques concernant la qualité de l’eau et l’état du lac. Il dit avoir réagi au constat d’une récente et vaste étude parrainée par la WWF-Canada* sur l’état de santé des 25 principaux bassins versants du Canada. *World Wide Fund For Nature; une ONG internationale, anciennement nommée World Wildlife Fund. (Résumé en français du rapport rédigé en anglais.)
Il décrit les résultats de son travail de compilation et d’analyse de 46 années de données sur le lac. Il indique qu’il les a communiqués à plusieurs petits groupes de résidents dernièrement, à l’aide d’un Power Point, et qu’il est prêt à faire de même pour tous les intéressés. Ces résultats parlent pour le lac et indiquent une fluctuation et une dégradation de la qualité de l’eau en fonction de l’action humaine. Il faut en tenir compte et agir.
Il rappelle le rapport du Réseau Inter-Lacs, de 1998, qui montrait déjà une eutrophisation (vieillissement) du lac, par, entre autres, un manque d’oxygénation dû à l’apport de nutriments et à l’augmentation conséquente des plantes aquatiques. Ce problème était particulièrement notable dans la section de Newaygo (devenue, par sa position en amont, une sorte de bassin de sédimentation pour l’ensemble du lac). Il regrettait le rendez-vous manqué de cette année avec le CRE pour l’élaboration d’un Plan directeur de lac.


7. États financiers de l’Association. Mme Susan Welsh, la trésorière, présente le tableau et émettra quelques propositions.
Celle, sur laquelle a travaillé l’administratrice Jennifer Barnard, de sauter une année dans la remise à l’eau de truites(?), le temps d’évaluer les résultats toujours incertains de cette opération, ne trouve pas l’assentiment de l’assemblée.
Celle de demander aux membres une cotisation réduite lorsque portant sur plus d’un an, attire certains appuis mais est finalement rejetée. Mme Edna Schell retracera l’origine d’un fonds environnemental dans le budget de l’ALSFX, dont 5$ destinés d’abord au reboisement des rives (?).


Note : La présentation du budget suscita de nombreuses interventions, questions et votes. Ce fut un peu de même tout au long de l’assemblée, de sorte qu’il n’y eut plus de temps à la fin pour la Période de questions prévue. Mais la formule aura probablement plu à la majorité et maintenu l’intérêt de l’auditoire.


8. La contribution du Fonds environnemental du lac Saint-François-Xavier à la consultation légale et à la surveillance de l’accès au lac, inscrites au budget de l’Association, a également suscité plusieurs interventions. M. Jacques St-Laurent, le président du Fonds, a précisé qu’il s’agissait de cas par cas, et pour des projets conformes à sa politique; mais que l’organisme n’intervenait pas automatiquement dans le budget de l’Association.


9. Il a été question de l’exutoire du lac, sous le chemin de Lisbourg. Le maire a demandé ce que voulait y faire l’Association; tout en précisant que le niveau déterminé du lac avait été fixé par décret antérieurement. (À la prise de possession de ce chemin par la Municipalité, le contrôle de ce niveau doit relever directement de son autorité.) M. Raymond Noël indique que l’on avait pu songer à y installer un filet (ou barrière quelconque pour empêcher les truites de disparaître à jamais dans la cascade qui les amène au lac Chevreuil) (?).


10. Le Plan directeur de lac. Ayant une question pour la période normalement réservée à cette fin avant la clôture de l’assemblée mais qui n’eût pas lieu, le soussigné dut se contenter de la poser en tête à tête avec le président. Pourquoi l’Association avait-elle refusé d’appuyer le projet pour 2017, après s’y être elle-même impliquée? Réponse de M. Noël : Les membres du Comité exécutif ont jugé avoir manqué de temps et d’explications pour être à même d’approuver le projet. Mais une demande a été adressée au CRE pour obtenir une présentation du programme en question au Comité, dans le but de pouvoir en évaluer la portée et d’éventuellement relancer le projet. (Le projet était pourtant sur la table depuis des mois et la Municipalité avait même déjà adopté une résolution pour accepter de le présenter au CRE, sous condition préalable, entre autres, d’obtenir la somme nécessaire du Fonds environnemental. Le Fonds a finalement aussi refusé, selon le maire, et pour des raisons en partie semblables.)


11. Code d’éthique. Une question ou suggestion est restée sur la tablette du soussigné, faute de temps alloué. Il s’agissait de savoir si, comme pour les municipalités et d’autres corps publics par les temps qui courent, l’exécutif allait proposer un code d’éthique à ses membres, spécifiant entre autres qu’ils se devaient de respecter les objectifs inscrits dans la constitution, d’agir en toute impartialité et sans partisannerie, etc.


12. La Coop des 4 Pôles au Pavillon de Montfort. Suite à une intervention sur la présence de la Coop et sur ses opérations au Pavillon, le soussigné a cru comprendre que le responsable des communications du Comité exécutif avait demandé à l’audience si elle serait en faveur du retrait de cet organisme de l’endroit. Il n’y eut pas de discussion sur la suggestion, mais une levée de mains majoritaire y répondit favorablement…

*Demande de contribution financière de 5000$ par la municipalité de Wentworth-Nord pour l’opération de sa station de lavage des embarcations de Montfort, située sur la propriété de la MRC.
Faute de fonds, la Municipalité ne peut y assurer l’embauche d’un opérateur pour veiller au respect de sa nouvelle réglementation pour la saison 2017. L’opérateur pourrait aussi avoir pour mandat d’effectuer des visites ponctuelles de contrôle sur le lac, avec l’appui des membres de l’association du lac. La proposition présentée par le maire A. Genest est adoptée.
Source : Article CM 126-05-17 du procès-verbal de la séance du 9 mai 2017 de la MRC des Pays-d’en-Haut. Procês-verbal de la MRC du 9 mai 2017

Note : Ce compte-rendu ne prétend nullement remplacer le procès-verbal qui sera rédigé par la secrétaire et approuvé par les membres à la prochaine assemblée générale. Toute information qui y est donnée, l’est sous toute réserve, le soussigné n’ayant malheureusement pu saisir ou retenir tous les propos échangés. Les corrections que vous voudrez y apporter seront considérées.

Carl Chapdelaine

AGA de l’ALSFX

Samedi, de 9 h à midi, aura lieu l’Assemblée générale annuelle de l’Association du lac Saint-François-Xavier. Dans son communiqué du 6 juillet dernier aux membres, le président, M. Raymond  Noël, indique que le dossier de la prévention contre l’introduction du myriophylle à épi dans le lac sera le principal point à l’ordre du jour. Il y rappelle les grandes lignes actuelles de cette question et les démarches de l’Association avant la signature de l’accord de coopération maintenant exigé par la Municipalité pour l’application de la réglementation concernant la protection et l’accès aux plans d’eau. Il souligne également qu’il y a deux postes à combler à l’exécutif.


Traditionnellement, cette assemblée générale est ouverte à tous; c’est ce que le président nous a réitéré aujourd’hui même. Seuls les membres en règle de l’Association ont cependant droit de vote. Ceux de l’exécutif s’en abstiennent, à moins qu’il y ait à départager une égalité dans le vote de l’assemblée. (Article 4.3 b; en date du 6 mai 2006).


Le sujet du myriophylle à épi n’était pas le seul inscrit à l’ordre du jour : «D'autres questions sur lesquelles nous toucherons incluent le bulletin, notre constitution, un site Web, des résultats financiers et un budget pour l'année prochaine.»


Le président de l’assemblée énumère généralement la procédure à respecter au cours de sa tenue, dont la traduction dans l'autre langue. Ainsi, il peut demander à ce que toute question de la part de l’auditoire soit réservée ou reportée à la Période de questions. Le temps est toujours trop court pour permettre des débats poussés sur les différents sujets soulevés au cours des trois heures que dure l’assemblée; surtout lorsqu’un vote secret doit être mené et les résultats dépouillés sur le champ, en arrière-scène. Soulignons que, contrairement à la norme, vous ne devriez pas être dissuadés d’y assister par les formalités souvent assez lourdes dans ce genre d’événement.


Parmi les questions sur lesquelles le soussigné, avec une dizaine d’années à l’exécutif et sous quatre présidents différents, jongle depuis quelques années déjà, celle du rôle (fonctions selon la constitution) des membres de ce conseil lui paraît difficile à régler. Le président, élu par les membres de l’exécutif, est le représentant officiel de l’Association. «Il/elle agira tel que spécifié ou autorisé par la loi et exercera tous les pouvoirs et fonctions qui lui ont été confiés par le comité exécutif.» C’est donc bien le comité exécutif qui, au départ, est maître du jeu. En pratique, les choses peuvent se présenter différemment.


Le jeu démocratique semble ici trop souvent en lutte avec la nécessité d’action de l’exécutif. Hormis les fonctions au trésor et au secrétariat, les autres sont attribuées par le président à différents directeurs. Mais, alors que le comité exécutif au complet semblait participer aux discussions et décisions sous une première présidence, la dotation de pouvoirs de décision aux responsables de secteurs, à la Santé du lac, à l’Accès, à l’Information, etc., a semblé sous les suivantes être plus apte à engendrer un mode axé sur l’action. En contrepartie, les autres membres de l’exécutif, à moins de pouvoir s’associer à leur gré aux décisions des chefs de secteurs comme à celles du président, ont pu se sentir brimés dans les prérogatives que semble leur accorder la constitution. Cette multiplication des pouvoirs a pu, par ailleurs, mener à la prise de décisions non sanctionnées par l’ensemble du comité exécutif; à créer parfois des conflits internes ou à dérouter les interlocuteurs de l’Association.


Quelle est donc la formule idéale? Puisque celle où tout membre de l’exécutif pouvait s’associer autant aux décisions du président qu’à celles des représentants de secteurs, nous semble avoir été satisfaisante, c’est la formule qui nous paraît, à date, avoir donné le meilleur compromis.


Cette assemblée annuelle qui, à notre avis, ne donne cependant pas suffisamment l’occasion aux membres de s’exprimer, demeure d’une importance d’autant plus grande; ne manquez pas d’y assister.

Charte de l'Association

Carl Chapdelaine

Les résultats du vote

AGA 2015: l'allocution du président

Assemblée générale annuelle
Association du lac Saint-François-Xavier
Le 18 juillet 2015

Allocution d'ouverture du président

Bonjour à tous; bienvenue à l'Assemblée générale annuelle, de 2015, de l'Association du lac Saint-François-Xavier. N'oubliez pas que c'est votre assemblée et que votre participation est essentielle à son succès. Dans cette optique, nous avons décidé de restreindre les présentations au minimum cette année et de fournir autant de temps que possible pour les questions et la discussion. Au lendemain de l'assemblée, les présentations complètes, y compris la série de diapositives, seront disponibles sur le site de l'Association. Chaque présentation sera suivie d'une courte période de questions, de 10 ou 15 minutes. Les minutes allouées devront être respectées; et quand les 10 ou 15 minutes en question seront écoulées, nous passerons au sujet suivant. Afin de tirer le meilleur profit du temps disponible, vous êtes priés de vous en tenir au sujet présenté et de vous exprimer le plus précisément possible. Cela permettra à davantage de personnes de participer. Il y aura aussi une période de questions et de discussion générale, d'une heure, à la fin de la réunion. J'insiste pour vous demander d'essayer d'être précis dans vos observations ou vos questions, pour donner aux autres la chance de s'exprimer. Pour ceux qui souhaitent rester après l'assemblée, nous serons disponibles pour échanger sur les sujets qui vous intéressent plus particulièrement.
Conformément à notre intention de permettre une plus grande participation, je m'en tiendrai à une courte allocution cette année. Cet exécutif et, en fait, tous ceux qui ont exercé depuis le début, ont travaillé très dur, en votre nom, à essayer de protéger et de préserver l'environnement du lac. Collectivement, ils ont beaucoup accompli. Ils ont contribué de leur temps, de leur énergie et de leur ingéniosité pour s'attaquer aux problèmes que les membres ont jugés importants. Je suis fier de dire qu'ils n'ont jamais agi unilatéralement. Ils ont toujours cherché à suivre votre orientation et votre approbation lors des AGA comme celle-ci. Comme il faut s'y attendre, certaines initiatives n'ont pas été populaires auprès de tous, au lac. Ainsi, on est souvent d'avis que l'Association doive s'impliquer sur des questions qui ne relèvent pourtant pas de sa mission. En conséquence, il y a parfois eu un fond de grogne et d'insinuations à l'endroit de l'Association et de son exécutif.

Les statuts de l'Association fournissent des indications sur l'encadrement de sa mission. Toutes les modifications apportées à la Constitution doivent et ont été approuvées par ses membres. La dernière mise à jour a été validée il y a presque une décennie, en 2006. Nous travaillons actuellement sur une nouvelle version pour nous assurer qu'elle s'ajuste aux besoins actuels (vous en entendrez plus là-dessus tout à l'heure). Conformément à sa constitution, l'objectif de l'Association est de surveiller l'équilibre du lac et de voir à sa protection, comme à celle du mode de vie, proche de la nature, de sa communauté.
Côté positif, j'entends souvent dire, autour du lac, que nous devrions être capables de résoudre les problèmes en collaboration, en tant que collectivité. Je crois que cette déclaration est tout à fait juste. Grâce à la sensibilisation et au travail acharné de Monique King, nous avons un certain nombre de nouveaux membres; ce qui est pour moi une indication qu'il y a plus de gens qui reconnaissent que le meilleur moyen de résoudre nos problèmes est en tant que collectivité. Nous devons tous reconnaître que cela signifie de s'engager pour la protection du lac, en s'accommodant des solutions que nous avons, jusqu'à ce que nous en trouvions de meilleures. Mais soyons surtout disposés à participer et à évoluer. Dans cette optique, je tiens à vous proposer un défi, aussi bien à ceux qui sont ici aujourd'hui qu'à ceux qui n'ont pas pu être présent. Nous avons à contrer une difficile et sérieuse menace si nous voulons protéger ce lac pour les générations à venir, dont beaucoup d'entre elles seront nos descendants. Il s'agit de la sédimentation, qui est probablement le facteur le plus important dans le cycle de vie d'un lac.
La sédimentation prend de nombreuses formes : l'érosion des berges, la remise en circulation des sédiments sur le fond du lac, le ruissellement dû aux gros orages, l'impact de la mauvaise conception du drainage des chemins et bien d'autres encore. Toutes doivent être affrontées; mais ce qui nous concerne le plus, au lac, est l'impact destructeur des vagues et de la turbulence provoquée sous la surface par les embarcations motorisées, de toute taille et de toute puissance. Je voudrais demander à chacun d'entre vous ici de relever le défi de contrôler les effets nuisibles de la sédimentation. Vous pourriez-vous réunir avec des amis et voisins, sans oublier ceux qui ne sont pas ici aujourd'hui, pour examiner tous les aspects de ce facteur important, y compris l'impact des moteurs; et peut-être imaginer des solutions. Si vous avez besoin d'informations ou simplement pour discuter d'idées, communiquez avec moi ou avec les autres directeurs. Personnellement, je serais ravi de participer avec vous à l'élaboration de solutions à ce difficile problème. Nous organiserons une réunion avant la prochaine AGA, où nous pourrons tous échanger, rassembler toutes les idées et ensemble créer un plan d'action. J'aimerais que ce soit le ‘Défi du président'. S'il réussit, nous en ferons un événement annuel. D'après mon expérience, nous n'allons jamais manquer de défis.
En terminant, je tiens à souligner la contribution importante à l'Association et à la collectivité de deux résidents du lac au cours de ces dernières années. Celle de Felix Hausermann, pour l'excellent travail qu'il a accompli, beau temps, mauvais temps, dans l'exécution de nombreuses tâches sur la qualité de l'eau ou l'équilibre de notre lac. Et celle de Diana Jegou, pour son remarquable zèle dans l'organisation de nos événements sociaux, tel le souper communautaire (Pot Luck), dont nous avons tous profité.
Merci, Dave Clark

retour

Candidat à l'exécutif de l'ALSFX?

La procédure régulière veut qu'une nomination d'un membre à l'exécutif soit présentée à la secrétaire, Colleen Horan, une semaine avant l'Assemblée générale annuelle, et signée par au moins deux membres. Vous êtes priés d'en tenir compte et de vous préparer en conséquence. Il serait bon que vous lisiez le contenu de notre charte, plus bas dans cette rubrique.

mailto:colleenhoran90@yahoo.com

Mot d'ouverture à l'Assemblée générale de 2014

Association du lac Saint-François-Xavier
Assemblée générale annuelle, 26 juillet 2014

Bienvenue à l'Assemblée générale annuelle 2014 de l'Association du Lac Saint-François-Xavier. L'année écoulée a été bien remplie. Votre exécutif n'a pas chômé pour identifier et comprendre les problèmes auxquels il nous faut faire face pour assurer la protection du lac aujourd'hui et le préserver pour le futur. Nous avons également élaboré des plans d'action pour y voir; ils vous seront présentés au cours de cette assemblée.

John Wilson vous entretiendra sur la Santé du lac et vous résumera le travail accompli pour identifier les risques qu'il court. Il vous présentera également les résultats des relevés bathymétriques effectués en partenariat avec l'Université d'Ottawa. En plus de faire le point sur le processus de vieillissement du lac, il vous fera part des résultats de l'analyse détaillée de 30 années de tests sur la qualité de son eau. Vous allez comprendre que le lac nous parle, qu'il raconte son histoire, et qu'il a besoin qu'on s'occupe de lui.

Raymond Noël discutera de l'Utilisation du lac et vous expliquera la nécessité d'améliorer notre contrôle sur la façon d'y accéder. Il vous fera aussi part d'une nouvelle initiative, d'envergure nationale, face aux pratiques de navigation. À cet effet, il vous présentera notre conférencier invité, Monsieur Will Dubitsky, celui qui est à la source et à la barre de cette importante mobilisation. La navigation motorisée a un impact environnemental majeur sur le lac. Il s'agit toujours là d'un sujet qui suscite un climat d'affrontement et divise la collectivité. Cette initiative vise à asseoir la réglementation fédérale de la navigation sur une évaluation scientifique de l'impact des embarcations motorisées sur les voies navigables à travers le Canada, en fonction de leurs contraintes environnementales respectives.

Carl Chapdelaine fera le point sur nos Communications, en mettant l'accent sur le site internet de l'ALSFX et sur notre adaptation aux moyens électroniques de communiquer. Ce sont des points très importants, car c'est notre intention d'axer nos communications dans cette direction. Cette orientation nous est imposée à la fois par souci d'économie, par le besoin de faciliter la communication et celui d'être en réseau avec la collectivité. Même si certains défis demeurent, comme de mettre à jour nos listes d'adresses de courriel, ou de s'assurer du désir des gens de rester connectés avec nous, nous allons poursuivre dans cette voie, au rythme qui vous conviendra.

Edna Schell et Shelagh Jane Woods fous feront connaître les États financiers de l'Association, en expliquant la performance de l'année écoulée et en présentant le budget pour les prochaines.

Colleen Horan fera le point sur les Membres et les événements sociaux. Plusieurs d'entre vous avez participé au Souper-partage tenu il y a deux semaines. De ce que je tiens des commentaires reçus, ce fut un grand succès. De tels événements contribuent grandement à développer un sens communautaire au lac. Ils nécessitent beaucoup de travail et nous n'aurions pas trop de votre aide pour organiser les prochains.

Je mise sur le contenu des deux prochaines heures pour vous convaincre suffisamment que votre Association mérite une implication encore plus active de votre part. Contrairement aux rumeurs, à l'effet que l'exécutif est une arène politique où l'on se dispute sur tout et sur rien, nous avons en fait une excellente équipe et apprécions travailler ensemble à la protection de ce coin de paradis. Au-delà de nos réunions mensuelles, il y a toujours du pain sur la planche. Ce n'est pas le plus accaparant des mandats, mais il est très important. Cette année, Louis Quenneville laissera sa place de directeur à l'exécutif, en raison des exigences de son travail. Ce poste est à combler. En mon nom et en celui de mes collègues, je tiens à remercier Louis pour son engagement et sa contribution au cours des ans.

J'aborde maintenant le passage difficile de ce mot d'ouverture. Je ne voulais vraiment pas m'y aventurer, mais de ne pas le faire serait une grave omission et un manquement à mes obligations envers vous. Je pense que de chercher à éviter la controverse ou toute prise de becs nous empêche seulement d'apprendre de nos expériences. C'est la recette diabolique pour reproduire le même genre de situation avec les mêmes résultats dans le futur. C'est en me basant sur cette philosophie que je vais vous présenter ma position sur le dossier des rejets d'eaux ménagères et septiques au lac, ainsi que sur le projet du Chemin du secteur du lac Thurston. Je veux les aborder en trois points.

Le premier est le rôle de l'Association dans tout cela. Il y a trois ans, à cette même AGA, les membres ont ratifié la position de l'Association à l'effet qu'elle se limiterait aux implications environnementales qui pourraient découler de l'une ou l'autre des solutions retenues, quelles qu'elles soient. Le choix des solutions était laissé à la responsabilité des autorités publiques et des propriétaires concernés. Il s'agit de la politique que nous avons suivi à ce jour. À cette fin, nous avons demandé à la municipalité de partager avec nous les études environnementales commandées et à ce que nous puissions travailler en partenariat afin de voir à ce que toutes les menaces à l'équilibre du lac soient identifiées et contrées. Avec le recul, je pense que l'Association aurait pu jouer un rôle précieux visant à rapprocher les parties. Nous aurions pu aussi nous assurer d'avoir mis toutes les questions sur la table et de les avoir passées en revue. C'est une leçon à retenir pour l'avenir.

Le second est l'approche que la municipalité a prise, passant de solutions possiblement applicables à tous les secteurs du lac, à une solution unique qui ne dessert que celui du lac Thurston. Cette nouvelle orientation s'est poursuivie malgré des indications évidentes de la majorité des résidents touchés, à l'effet qu'ils n'étaient pas en faveur de cette approche. Il est clair qu'il y avait plusieurs motifs derrière le choix de la municipalité de la solution d'une route de neuf mètres; notamment : de réduire le trafic automobile sur le Corridor aérobique; de répondre à son obligation de fournir des services essentiels; d'accroître les revenus municipaux suite à une hausse des valeurs des propriétés et à quelques nouveaux lotissements; ainsi que probablement plusieurs autres raisons. Quelque part au cours de cette démarche, on est passé du besoin de régler un vrai problème environnemental à un agenda politique doublé d'un court-circuitage du processus démocratique.

Le troisième est le plus préoccupant; c'est le comportement des résidents touchés par ce problème. Il me semble que tous, à l'exception de quelques-uns, ont choisi de plonger la tête dans le sable en espérant que la tempête passe. Comment, quand, saisis de la preuve que leurs système d'évacuation des eaux septiques et ménagères ne répondait pas aux règlements publics et présentait un risque pour le lac, pouvaient-ils entrer dans la clandestinité et choisir, individuellement ou en groupe, de ne rien faire? En fait, j'ai la conviction que beaucoup d'entre eux ont soupçonné les risques que cela représentait, tout en se convainquant du contraire, année après année, et en ne prenant aucune mesure pour y faire face. Je pense que, basé sur la connaissance que tous ont maintenant des exigences environnementales et sur leur sensibilisation sur le sujet, il y aurait eu une approche plus appropriée; c'aurait été celle de prendre le siège du conducteur et de faire pression sur les autorités pour travailler avec elles à trouver des solutions et aider à leur mise en œuvre. Au lieu de cela, ils sont confrontés à une solution coûteuse qui ne résout qu'une partie du problème et pour laquelle ils doivent payer. Je ne suis pas le seul à penser ainsi; j'ai été approché par plusieurs résidents qui pensent la même chose.

Le plus triste, c'est que, en mettant l'accent sur des agendas personnels et politiques, et en choisissant de ne pas s'en mêler, nous avons échoué à identifier les risques écologiques globaux que chaque solution potentielle pourrait comporter et à trouver les moyens de les atténuer. En bref, nous avons échoué à protéger le lac que nous chérissons tant et nous n'avons pas pris nos responsabilités en tant qu'individus et en tant que communauté pour sauvegarder notre environnement.

Alors, quelles sont les leçons à retenir ici pour être plus efficaces à l'avenir ? Ce que j'ai appris de tout cela, c'est que nous ne pouvons plus nous permettre d'ignorer les problèmes. Notre niveau actuel de connaissances et de sensibilisation en fait une ligne de conduite inacceptable. Nous devons faire front devant les problèmes ou les dangers, et travailler ensemble sans relâche pour y remédier. Il n'y a pas d'autre choix responsable dans le monde d'aujourd'hui. Si nous choisissons ne pas participer, alors nous perdrons la capacité d'influencer le cours des choses et nous prendrons le risque réel de tout compromettre.

Eh bien, si je n'ai pas réussi à convaincre, chacun doit penser que je parle plutôt de la personne assise à côté de soi. Pourtant, je veux être très clair sur le fait que je veux parler de chaque personne dans cette salle, sans oublier celles qui ne sont pas ici mais font partie de cette collectivité. Je m'inclus aussi bien ici, sachant le mal que j'ai, à chaque jour, pour ne pas mettre de côté les tâches que je trouve désagréables, menaçantes ou qui ne cadrent pas avec mon agenda. Je vous demanderais de bien réfléchir à ceci, pour que vous vous en convainquiez : les vrais échecs sont ceux desquels nous n'apprenons pas la leçon qu'ils nous fournissent.

Je vous remercie de votre attention. Maintenant je ne peux qu'espérer que vous m'écoutiez vraiment. Il y aura une bonne dose de nouvelles informations fournies au cours des prochaines deux heures. Cela devrait être une AGM très instructive qui nous orientera vers une voie mieux balisée dans nos efforts pour protéger cet environnement. J'espère que le tout vous plaira et vous amènera à jouer un rôle plus actif. Que notre Assemblée générale annuelle vous soit fructueuse.

retour

Charte de l'ALSFX

ASSOCIATION DU LAC ST-FRANÇOIS-XAVIER
STATUTS ET RÈGLEMENTS (avant amendements de 2006)

1. Information générale:
1.1 Nom de l'association: Association du Lac St-François-Xavier
1.2 Bureau-chef:
Adresse de la trésorière:
En 2006: 90, avenue Elgin, Pointe Claire,
H9R 2K2
1.3 Objectifs: Les objectifs de l'association sont les suivants:
a) éliminer la pollution des eaux du lac et de ses affluents
b) protéger les bas-fonds, berges et bordures forestières du lac et de ses affluents contre toute forme de dégradation
c) sensibiliser le public aux problèmes reliés à la protection de la qualité de l'environnement naturel
d) s'adresser au Ministre de l'Environnement pour l'obtention des études et services offerts par le Programme des Lacs
e) agir auprès des autorités municipales pour l'adoption des règlements sur la purification de l'eau et la protection de la nature
f) encourager tous les efforts visant à l'amélioration de la qualité de vie, par exemple: en contrôlant les dimensions et le nombre d'embarcations à moteur sur le lac, en augmentant la sécurité publique pour les résidents, en réglementant le camping non-autorisé, en veillant à la préservation et au développement du Corridor aérobique en tant qu'habitat naturel
g) s'allier à la Fédération des Associations pour la Protection de l'Environnement des Lacs (Fapel) et ses associations afin de faire pression sur les autorités gouvernementales pour l'adoption de lois, de règlements et de budgets qui assureront la protection des lacs.

2. Statut de membre:
2.1 Le statut de membre est restreint à un membre par famille résidant dans le district 5 de Wentworth-Nord, tel que défini par la carte municipale (copie de la carte du district 5 ci-jointe).
2.2. Toute personne âgée de 18 ans ou plus faisant partie d'une famille dûment accréditée membre (ou avec l'autorisation écrite du membre de cette famille) peut voter pour représenter cette famille tel que défini au paragraphe 2.1. Ceci équivaut à un vote par famille-membre et chaque personne ne peut voter qu'une seule fois.
2.3 Membre honoraire: Une personne ayant rendu des services exceptionnels peut, avec la recommandation du Comité exécutif, être nommée membre honoraire.

3. Cotisation annuelle:
3.1 Tous les membres votants doivent payer une cotisation annuelle ; ce dit montant étant déterminé lors la réunion générale annuelle.
3.2 Seuls les membres ayant payé leur cotisation ont le droit de voter aux assemblées de l'association.

4. Assemblées générales et vote:
4.1 Une assemblée générale doit être tenue à chaque année pendant l'été, au temps et lieu indiqués sur la convocation.
4.2 Assemblée générale spéciale: une assemblée générale spéciale peut être convoquée par:
a) ordre du président
b) décision du Comité exécutif
c) à la demande écrite d'au moins dix pour cent des membres ayant payé leur cotisation, ladite demande étant adressée au Président en spécifiant le but de la réunion. A la suite de la réception d'une telle demande, le secrétaire doit convoquer la réunion sur le champ.
L'avis d'une assemblée générale spéciale doit inclure un agenda; aucun autre sujet que ceux indiqués sur l'agenda ne peut être discuté.
4.3 Avis d'assemblée générale: L'avis d'une assemblée annuelle ou d'une assemblée spéciale, signée par le Secrétaire et indiquant le lieu, l'heure et le but, doit être dûment affiché sur la place publique ou communiqué aux membres par toute autre procédure choisie par le comité exécutif.
Vote:
a) Lors des assemblées générales ou spéciales, le vote doit se faire par un signe distinct et approprié, à moins qu'un voteur admissible demande un vote secret.
b) Le conseil s'abstiendra de voter à moins que le vote soit à égalité auquel cas le vote du conseil décidera du vote final.

5. La composition du comité exécutif et les assemblées:
5.1 L'association sera administrée par un comité exécutif composé d'un maximum de huit membres élus.
5.2 Si en raison d'une démission ou de toute autre raison, il y a un poste vacant sur le comité exécutif, le comité peut nommer quelqu'un pour combler ce poste et assumer les droits, privilèges et fonctions de cette charge jusqu'à la prochaine élection générale.
5.3 Nominations: Les nominations pour siéger au comité, signées par au moins deux membres, devront être présentées au Secrétaire au moins une semaine avant l'assemblée générale annuelle.
5.4 Assemblées du comité exécutif: Le comité exécutif se réunira au moins trois fois par an; ces réunions seront convoquées par le Secrétaire à la demande du Président.
D'autres assemblées peuvent être convoquées par le Secrétaire, soit à la demande du Président, soit à celle de trois membres du comité exécutif.
Toute résolution signée par l'ensemble des membres du comité exécutif sera aussi valide que si elle avait été adoptée au cours d'une assemblée générale dûment convoquée et tenue.
5.5 Avis d'assemblée du comité exécutif: Un avis indiquant l'heure et l'endroit où se tiendra l'assemblée doit être envoyé à chaque membre du comité exécutif.
5.6 Quorum pour le comité exécutif: Quatre membres du comité exécutif constituent un quorum.
5.7 Procédures d'assemblée: Le Président est celui qui préside. En l'absence du Président, le Vice-président aura la charge de présider. Tous les membres du comité exécutif ont le droit de voter, la majorité décidant de la motion; en cas d'égalité, le vote du Président décidera de l'issue du vote.
5.8 Les membres du comité exécutif sont élus à chaque année lors de l'assemblée générale annuelle. Trois membres exécutifs (au maximum) peuvent être remplacés à chaque année, à moins qu'il y ait plus de 3 postes vacants sur le comité.

6. Fonctions du comité exécutif:
6.1 Fonctions du président sortant: Le président sortant agira en qualité de conseiller du Président et des autres membres du comité exécutif, maintenant ainsi une continuité des activités de l'association, et sera responsable de tout dossier spécifique convenu entre lui (ou elle) et les dits membres.
6.2 Fonctions du Président: Le Président est le représentant officiel de l'association.
Il/elle présidera à toutes les réunions de l'association et du comité exécutif. Il/elle agira tel que spécifié ou autorisé par la loi et exercera tous les pouvoirs et fonctions qui lui ont été confiés par le comité exécutif.
6.3 Fonctions du Vice-président: Le Vice-président devra, en cas d'absence, de décès, d'incapacité ou de démission du Président, remplacer celui-ci pour le reste du terme et devra exercer tous les pouvoirs et fonctions qui lui seront confiés par le comité exécutif.
6.4 Fonctions du Trésorier: Le Trésorier est le gardien des fonds, investissements, dettes, et de tout document d'importance de l'association, qu'il/elle déposera au nom et au crédit de l'association dans une banque ou caisse populaire, tel que convenu par le comité exécutif, et devra exercer tous les pouvoirs et fonctions qui lui ont été confiés par le comité exécutif.
6.5 Fonctions du Secrétaire: Le/la Secrétaire tiennent les minutes de toutes les assemblées de l'association. Il/elle devra s'assurer que tous les avis d'assemblée soient conformes aux règlements de l'association ou à la loi, et que les bons, rapports, certificats, et tout autre document et registre soient mis à jour et classés de façon appropriée.
6.6 Fonctions des administrateurs: Les administrateurs exécutent les tâches qui leur sont assignées par le Président.

7. Dépenses:
7.1 Frais de déplacements: Les membres du comité exécutif ne doivent recevoir aucune rémunération pour leurs services, à l'exception des frais de déplacement encourus légalement au cours de la conduite normale des affaires de l'association, lesquels doivent être approuvés par le comité exécutif, reçus valides à l'appui.

8. Signatures:
8.1 Signatures: Les chèques et autres documents commerciaux peuvent être encaissés, acceptés, endossés et signés par le Trésorier et le Vice-président ou le Président, ou, en leur absence, par deux membres du comité exécutif tels que désignés par le comité.
8.2 Les documents exigeant la signature de l'association peuvent être signés par le Président et le Secrétaire, ou en leur absence par deux membres du comité exécutif tels que désignés par le comité exécutif.

9. Ajournement des assemblées:
9.1 Ajournements: Si un quorum n'est pas obtenu dans les 30 minutes suivant le début officiel de l'assemblée, cette dernière est ajournée.

10. Amendements aux règlements et statuts:
10.1 Les amendements à ces règlements doivent être proposés par écrit au Secrétaire par le comité exécutif ou par (10) membres en règle et approuvés par un vote d'au moins les deux-tiers des membres votants présents à l'assemblée dûment convoquée par le comité exécutif.
10.2 Une copie des amendements doit être postée à tous les membres de l'association au moins 10 jours avant la date de rassemblée spéciale proposée ou lors de l'assemblée générale annuelle au cours de laquelle on leur demandera de voter.
10.3 Les amendements doivent être présentés à l'assemblée et approuvés par les deux-tiers des membres en règle présents.

11. Rapport financier:
11.1 Un rapport financier devra être présenté à l'assemblée générale annuelle de l'association à chaque année.

12. Fin de l'année fiscale:
12.1 L'année fiscale de l'association se termine le 30 juin.

(Les derniers amendements ont été approuvés lors d'une assemblée spéciale des membres en date du 6 mai 2006.)

**Districts électoraux de la municipalité**

AGA 2013, mot de conclusion

Comme vous avez pu le constater, nous élargissons nos horizons en explorant de nouvelles approches d'intervention. Nous demeurons dans la ligne de notre action antérieure, tout en essayant d'ajuster le tir. Des initiatives ont pris jour et se multiplieront au fur et à mesure de leur application; ce qui améliorera nos connaissances et générera encore plus d'idées.
Notre gros défi est le temps disponible. Nous ne sommes que huit et nous ne pouvons aller à la vitesse de nos ambitions. Un vieux proverbe anglais dit : Plus on est à se partager la tâche, plus elle sera facile. Je vous encourage à voir l'intérêt de vous joindre à notre effort. Vous n'avez pas à nous consacrer une partie de vos loisirs; quelques heures pourraient suffire. Il y a de l'information à explorer, un peu de recherche à envisager et votre point de vue comme vos idées à nous livrer; tout cela pourrait nous faire avancer et serait bien apprécié.

Procès-verbal de l'AGA 2013

Mot du président à l'Assemblée générale annuelle de 2013

27 juillet, 2013
Bienvenue à l'Assemblée générale annuelle 2013, de l'Association du Lac Saint-François-Xavier. Je voudrais remercier tous nos membres et particulièrement ceux dans la salle qui sont des fidèles de nos rencontres annuelles, qui supportent leur association et qui sont acquis à la cause environnementale. J'en vois aussi de nouveaux, et cela m'indique que leur nombre augmente et que plus de résidents se découvrent un intérêt dans la protection et la conservation de l'équilibre du Bassin-versant du lac Saint-François-Xavier. En fait, au cours de cette AGA, vous allez comprendre que de voir grossir nos rangs et susciter de plus en plus d'attention pour le lac sera la clé de notre succès collectif à le protéger. Nous comptons sur votre action afin de réussir dans cette démarche de recrutement et de sensibilisation. Nous aurons en effet besoin de votre implication et de vos bras pour mener à bien les programmes que nous nous proposons d'entreprendre. Votre créativité et vos idées ne seront pas de trop. Rappelez-vous que ceci est votre petit paradis, le fruit de votre investissement. Qui voudra, qui pourra mieux que vous en assurer la pérennité?
Vous aurez peut-être remarqué que j'ai employé un nouveau terme dans le paragraphe précédent : «Bassin-versant». Vous le verrez apparaître fréquemment dans les présentations à venir. Cela reflète une nouvelle approche, plus englobante, dans la protection et la préservation du lac. Le lac lui-même demeure au centre de nos préoccupations; mais le bassin-versant qui l'alimente, dans lequel il vit, devient aussi important. Cela traduit notre conviction que, pour protéger le lac, il nous faut voir à la préservation de son environnement global; une démarche qui a influencé toute notre nouvelle approche, que ce soit sur la Santé du lac, l'Accès au lac, l'utilisation que nous en faisons, les Communications et, oui, même le Recrutement et la Participation.
J'espère que vous trouverez la présente Assemblée générale annuelle intéressante, instructive et suffisamment motivante pour vous inciter à plonger avec nous dans la phase active de participation. Votre exécutif, ainsi qu'un nombre croissant de membres, ont mis beaucoup d'énergie, de créativité et de labeur, au cours de l'année écoulée, pour en arriver à l'étape que nous vous présentons aujourd'hui. L'année en a été une de réflexion sur notre cheminement passé, comme sur le choix de la direction à prendre pour continuer. Nous avons profité de nouvelles idées pour nous lancer dans des initiatives prometteuses. Les quelques prochaines années nous permettrons d'entrevoir les résultats et les avenues à privilégier. Voici vos présentateurs et les sujets qu'ils vont couvrir :
1) John Wilson va vous guider à travers notre approche et les initiatives proposées sur la Santé du lac. Cela va inclure un aperçu du bilan des programmes existants, des propositions d'analyses supplémentaires du lac, des relevés bathymétriques et autres activités connexes; ceci dans le but de mieux comprendre son histoire, sa topographie et son état actuel, de façon à pouvoir concevoir des programmes de contrôle et de protection plus effectifs.
2) Raymond Noël va explorer le sujet de l'Utilisation et de l'Accès au lac. Il s'attardera principalement sur ce dernier point, les enjeux en cause et la complexité du sujet.
3) Carl Chapdelaine va présenter le site internet de l'.ALSFX et les idées que nous avons pour le faire correspondre le mieux possible à vos besoins. Le site croît en popularité et devient un outil privilégié de communication et de partage de connaissances. Pour qu'il parvienne à son plein potentiel, nous aurons besoin de vos idées sur la façon dont vous aimeriez l'utiliser.
Puis, Edna Schell vous présentera une mise à jour sur notre santé financière, tandis que Colleen Horan fera le point sur les Membres et les Événements sociaux. Je vous présenterai enfin la conclusion du Recours collectif du lac Thurston, qui nous a placés dans une position de force pour voir à la protection et à la préservation du Lac et de son bassin-versant. Cependant, comme je vous l'expliquerai au cours de cette présentation, pour pouvoir pleinement profiter de ces acquis, nous devrons tous demeurer vigilants, voir venir les dangers et déterminer la meilleure façon de protéger notre environnement.
Ceci m'amène au message que je voudrais vous transmettre. Il ne suffit plus d'accorder un appui moral à la cause. L'empreinte écologique de l'homme sur le bassin-versant du lac Saint-François-Xavier est significative et s'alourdit avec les ans. Le lac et son environnement en subissent une pression croissante. Les risques qui se pointent à l'horizon sont réels et la possibilité qu'ils se matérialisent élevée. Le déversement du lac Thurston est une démonstration claire de la façon dont certains événements peuvent rapidement tourner à la catastrophe. Chacun d'entre nous doit rester vigilant, savoir identifier les problèmes ou les risques émergents, et réagir activement via notre association pour trouver la solution appropriée. Comme je l'ai écrit dans le Bulletin, si vous vous ne réagissez pas à ce qui arrive, vous en devenez aussi responsable.
Pour conclure, je voudrais ajouter deux choses. L'une est de remercier Adrian Hausermann pour son intérêt ainsi que son engagement envers le Lac et l'Association. La carrière d'Adrian l'amène à s'éloigner du lac pour un temps indéterminé. C'était merveilleux d'avoir Adrian, un jeune résident, à l'exécutif. Son point de vue était rafraîchissant et il faut en tenir compte, puisque c'est à sa génération qu'incombera la tâche de voir à préserver ce coin de paradis. J'ose espérer que plus de jeunes gens y trouveront intérêt et choisiront de s'impliquer.
Enfin, je veux rappeler à votre mémoire qu'il y a un grand absent à notre Assemblée générale aujourd'hui. Un sans précédent depuis la première formation de l'Association du lac Saint-François-Xavier, remontant à la fin des années '60, Toni Chiesa n'est pas là. Toni est décédé l'automne dernier, après une longue bataille contre le cancer. Il est source d'inspiration pour nous tous. Son intérêt et engagement pour ce coin de pays était total. Pour ma part, je le reverrai toujours assis parmi nous, exprimant tranquillement son point de vue unique sur les événements; cette image de lui reste imprimée dans ma mémoire.
Bonne assemblée. C'est la vôtre; alors tirez-en le meilleur parti.

retour

Une vision du lac Saint-François-Xavier

J'ai la conviction que tous et chacun d'entre vous êtes précisément ici parce que vous aimez la nature ; vous avez donc à coeur de protéger le lac et son environnement. L'équilibre de notre lac aujourd'hui dépend du comportement de toute notre collectivité. Face à ce constat, l'exécutif de l'Association a besoin de votre aide.
Dans cet esprit, je voudrais vous enrôler dans notre brigade attachée à la recherche de solutions pour protéger la santé de notre lac. Pas seulement quelques-uns d‘entre vous, mais l'ensemble de la communauté de Montfort / Newaygo. Pas dans un rôle passif, mais comme des acteurs impliqués avec l'exécutif à la préservation du lac, de son environnement et de notre mode de vie ici.
Cela ne peut être réalisé par quelques uns seulement. Cela exige un effort total de la collectivité, et le moment de s'impliquer est arrivé. Je vous suggère, en fait je vous le demande, d'aller de l'avant et de vous joindre à l'équipe vouée à la préservation de notre environnement.
Dave Clark, président

retour

Échanges

Vous représentez une autre association de lac? Nous aimerions échanger avec vous, partager une page de nos sites internets peut-être, une chronique.

retour

L'exécutif de l'Association du Lac Saint-François-Xavier

Exercice 2015-2016

Raymond Noël, président
Monique King, vice-président
Susan Welsh, trésorière
Colleen Horan, secrétaire
Carl Chapdelaine, directeur
Shelagh Jane Woods, directrice
Frédéric Brousseau, directeur
Normand Daigneault, directeur