Nouvelles

Ambiance oiseaux de campagne

sf_ambi_oiseaux_campagne_01.mp3

Nouvelles (Archives 2012-15)

Note : Ces archives reproduisent une partie du site web relevant, pour ces années, de l’Association du lac Saint-François-Xavier.
Nouvelles (Archives 2015)

Pavillon Viking

La Municipalité voulait-elle simplement que soient dissimulés davantage les deux conteneurs qui servent de lieu d’entreposage des embarcations et accessoires du Club de Canoë-Kayak Viking? Ce sera bientôt chose faite. On voit aujourd’hui la naissance d’une nouvelle structure, un peu dans le style de celle du pavillon Montfort. L’immense toit, sur des combles totalement inutilisables, couvre les conteneurs et un espace supplémentaire à leur gauche. L’ensemble double majestueusement le volume de la structure originale.

On n’ose imaginer le coût de cette construction ou de l’augmentation de la valeur foncière de la propriété. Mais devant cette quasi démesure, n’en vient-on pas à regretter le simple parapet qu’elle remplace? 

La photo classique du lac Saint-François-Xavier, avec l’église en arrière ou en premier plan, a quelque peu changé depuis le reboisement de la rive de cette partie de parc régional. Et disons-le franchement; elle s’est plutôt dégradée…  Exigence de l’entrepreneur de la collecte, ici comme ailleurs, le Pavillon arbore bien en avant et en permanence son alignement de menhirs en plastique, symboles de l’engouement tant espéré pour le tri et le recyclage de nos déchets. Les lendemains de l’Halloween ne redonneront pas toute la place au seul conifère qui devrait y trôner; et cela malgré la présence voisine d’un mobilier urbain d’avant-garde, les trois bacs semi-enfouis.

Le symbole emblématique du village, avec son clocher sans cloche, l’Assomption de sa Vierge consommée; avec sa façade de bois en partie mise à nu par les assauts du temps, est donc aujourd’hui flanqué de son faux jumeau. L’architecte d’un plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) aura fort à faire pour redessiner ici un ensemble harmonieux. 

En matière d’aménagement, on a l’impression d’avoir trop souvent devant soi un casse-tête que l’on arrive plus à résoudre et où les exigences des uns et des autres, comme des critères de la réglementation, priment parfois sur le bon sens et la recherche de l’harmonie visuelle.

Excusez-là!                                                                                                                                                               Par Carl Chapdelaine

De Florence, tout mon amour 

(Avec arrangements de Philippe Verdelot); par le Studio de musique ancienne de Montréal.

Quel surprise et quel enchantement que ce concert intime au Pavillon Montfort; cadeau du 60e anniversaire de la municipalité de Wentworth-Nord. Un concert de voix, accompagné de la harpe; dans un enchaînement parfait. Et quelles superbes voix dans ce quintette; avec celle de soprano claironnant dans cette chapelle, devenue la Maison symphonique!

Sur de la musique remontant jusqu’au 16e siècle, selon le programme; le chœur nous transportait aux nues.  À Florence, centre des arts, on cherchait alors à traduire l’équivalent des complaintes amoureuses des troubadours par ce qu’on désignait en Italie de madrigaux. En même temps y naissait l’opéra, en reprenant les pièces qui le préfiguraient dans la Grèce antique, avons-nous compris.

Le maire F. Ghali, plus que fier de présenter le groupe duquel il rappelait l’exceptionnelle valeur, ne s’y trompait pas. Dès l’attaque de la première œuvre, l’audience était captivée; la voix s’exprimait pour ce qu’elle peut réussir à développer, le plus merveilleux et le plus captivant des instruments de musique.

La salle n’était pas comble; comment avait-on pu laisser passer une telle occasion à la porte de chez soi? Ce soir-là, Montfort n’avait rien à envier à la métropole. Il est vrai que le public montréalais aura eu plus de chance de connaître ces chanteurs lors de leurs prestations dans la grande ville.  Le maire nous confiera qu’il faudra laisser savoir aux voisins que les concerts de Wentworth-Nord, c’est du sérieux.

Artistes : Stephanie Manias, soprano – Marie Magistry – soprano – Josée Lalonde – alto – Michel Schrey – ténor – Alastair Campbell –basse – Antoine Malette-Chénier – harpe baroque.

Marie MagistryStudio de musique ancienne de Montréal

Par Carl Chapdelaine

Complexe sportif

Au conseil des maires du 10 septembre, l'on apprenait que le résultat des appels d'offre seraient connus le 19 novembre.

(Il devrait s'agir de l'appel d'offres aux entrepreneurs qui devait être lancé le 5 août, selon les minutes de la séance extraordinaire du conseil de la municipalité régionale de comté, tenue le 9 juillet 2019. Il y était résolu que le système de pondération et d’évaluation des offres serait comme suit: 60 % pour le prix soumis, 20 % pour l’expérience du soumissionnaire et son équipe et 20 % pour l’évaluation du design.) Procès-verbal de la séance du 9 juillet 2019.

Sous toutes réserves; par Carl Chapdelaine

L'Orphelinat à Tout.TV

Une équipe de Tout.TV est passée au Pavillon de Montfort cette semaine pour un reportage sur l'Orphelinat de Montfort, nous a appris Mme Hélène Chartier. On n'auraient cependant interrogé personne à cette occasion.

Souper-spaghetti de la paroisse

La salle de l’église (le Pavillon Montfort) n’était peut-être pas aussi remplie que ne l’aurait voulu Mme Cecile Rowcliffe; mais l’atmosphère était des plus conviviales. Une série de tables avaient aussi été installées à l’extérieur, en ce beau début de soirée. Lorsque nous sommes entrés dans le Pavillon pour y chercher et saluer nos amis, seulement quelques convives avaient préféré choisir le plein air.

L’organisatrice en chef, allait jouer la femme-orchestre; et même la disc-jockey tout au long de cette soirée. Les soeurs Chartier, quant à elles et en plus d’avoir concocté une excellente sauce ou avoir fait cuire à point les spaghettis, se dévoueraient à servir les invités. Ce n’était, pour la famille Chartier, qu’une petite partie du temps et des efforts qu’elle avait mis, à côté des organisateurs, à préparer cet événement. D’autres avaient su aligner un choix de succulents gâteaux pour le dessert, bien présentés sur l’hôtel et assurément bénis…

Une caisse (ou plus) de vin Trapiche, que nombre de Québécois ont appris à apprécier, pouvait, moyennant l’addition d’une petite contribution financière pour la paroisse, merveilleusement accompagner le plat de spaghettis. D’autres avaient pu lui préférer bière ou boissons gazeuses. Le café était aussi servi à volonté.

Le tirage apporta un peu plus de 100$ à l’heureuse gagnante; et autant à la paroisse, comme l’expliqua le curé. Ce dernier allait remercier l’assistance en soulignant que les temps étaient difficiles pour maintenir le service. Il fallait bien se rendre compte que, sans tout le bénévolat qu’avaient impliqué ces préparatifs, les recettes de la soirée n’auraient pu couvrir autrement les frais d’une telle organisation.
Muni de notre appareil-photo, mais trop absorbé par le bavardage avec les amis, nous n’avons jamais eu la présence d’esprit de faire quelques cartons de la scène…

Par Carl Chapdelaine

Après-midis de rencontre

Un après-midi de rencontre communautaire à Montfort dès le 11 septembre; voilà une merveilleuse nouvelle. Mme Diana Jegou a obtenu de pouvoir utiliser le pavillon Montfort tous les mercredis après-midis pour permettre aux résidents de se rencontrer. Suite à la fermeture du Café Dott’s et de la boucherie laurentienne, à la perte d’un certain nombre d’utilisateurs de la marina de Newaygo aussi, il n’y a véritablement plus de lieu où les citoyens de Montfort puissent avoir l’occasion de se rencontrer. Voulant palier à ce triste constat, Diana s’est battue pour remédier un tant soit peu à cette situation. Vite la première et longue vie à cette initiative…

Par Carl Chapdelaine

Conseil des maires

Conseil des maires (rapport sur les séances de février et avril 2019)

Population
Au Conseil  tenu le 12 février 2019, les maires ont adopté les chiffres de population décrétés pour 2019 et publiés dans la Gazette officielle. La MRC compterait 43 455 personnes et, alors que les municipalités de Morin-Heights et de Sainte-Adèle auraient vu une légère hausse, les autres municipalités auraient constaté une légère baisse, analyse le Conseil.  Procès-verbal de février, MRCPour Wentworth-Nord, le chiffre de population serait de 1 425. 

Cependant, l’Institut de la statistique du Québec met en garde la comparaison des chiffres décrétés pour 2019 (selon l’estimation au 1er juillet 2018) avec ceux des années antérieures, «d’autant plus que les données du Recensement de 2016 rajustées pour le sous-dénombrement net sont pris en compte pour la première fois dans cette nouvelle version du décret».  Gazette officielle du Québec, p. 7955.

Selon le recensement du Canada de 2016, «la population dénombrée de Wentworth-Nord se chiffrait à 1 381, ce qui représente une variation de -4,1 % par rapport à 2011.» Y a-t-il donc eu vraiment diminution, comme l’indique la MRC, ou, au contraire, augmentation pour Wentworth-Nord, comme le laisserait présager le chiffre du Recensement de 2016? Perspective géographique, Recensement de 2016.

Corridor aérobique
Attendu que «…le Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR), (est) un levier financier stratégique en faveur de la réalisation de projets régionaux contribuant au rayonnement régional (et) attendu que les MRC des Pays-d’en-Haut et des Laurentides ont l’intention de réaliser des travaux de mise à niveau dans le parc du Corridor aérobique au cours des années 2019 et 2020;» la MRC des Pays-d’en-Haut va «déposer (une) demande d’aide financière pour le compte des deux MRC». Les deux MRC s’engagent «à contribuer financièrement au projet pour un minimum de 20 % des activités admissibles au programme sur (leur) territoire».

Développement des communautés
Dans le cadre du Fonds de développement des territoires 2019-2020 du gouvernement, le maire F. Ghali propose au Conseil d’appuyer l’énoncé de la Politique de soutien aux projets structurants 2019-2020; de la Politique de soutien aux entreprises 2019-2020; et les Priorités annuelles d’intervention 2019-2020. Adopté!

Fonds culture et patrimoine, cannabis et sinistres
Le journal Accès rapporte que, à la séance du Conseil du 9 avril, il a été question, entre autres, de désigner les bénéficiaires du Fonds culture et patrimoine; de la répartition entre les municipalités de l’enveloppe de Québec à la MRC pour le cannabis; et d’un projet d’entente inter municipale en cas de sinistre.

La journaliste, Françoise Le Guen, écrit que la MRC a établi à 32 000$ l’aide financière totale pour les projets du Fonds culture et patrimoine. Pour sa part, l’enveloppe consentie par Québec pour le cannabis est de 50 000$; somme que la MRC répartira en fonction de la population respective de chaque municipalité constituante. Journal Accès, p. 9.

Par Carl Chapdelaine

Succès du concert de Noël de Montfort!

Pari gagné! La salle du Pavillon Montfort était comble en ce samedi soir de la mi-décembre, nous rapporte Mme Chartier, la responsable des lieux. Les deux cents billets avaient probablement tous trouvé preneur.

La renommée diva québécoise, Mme Giorgia Fumanti, accompagnée du Chœur des enfants de Saint-Sauveur et de ses musiciens interprétant des chants du temps des Fêtes, aura certainement charmé les gens de Montfort et plus largement du reste de Wentworth-Nord et de la région avoisinante.

Nous joignons nos félicitations à celles, nombreuses, reçues par le Conseil municipal, l’équipe de son directeur des services de la Vie communautaire, des Loisirs et de la Culture, M. Stéphane Legault, et les nombreux bénévoles qui y ont laborieusement travaillé. On nous rapporte qu’un tel événement, destiné à souligner les 60 ans de la Municipalité, pourrait bien être renouvelé sans que l’on ait à attendre une autre décennie…

Le Pavillon Montfort est-il en train de devenir un incontournable dans le milieu culturel, récréatif et communautaire de toute une région? Le village ne jouit-il pas pour cela de sa plus grande proximité avec les villes voisines de Wentworth-Nord, Saint-Adolphe-d’Howard, Morin-Heights, Saint-Sauveur et au-delà, ainsi que de sa présence sur le Corridor aérobique?

Choeur des jeunes de Saint-Sauveur, Facebook       Choeur...

Par Carl Chapdelaine

Montfort prépare Noël

Une grande première : il y aura un Marché de Noël le 8 décembre au Pavillon Montfort. Organisé par la Table de concertation des Arts et de la Culture de Wentworth-Nord, vous y trouverez des kiosques d’artisanat et de nombreuses idées de cadeaux qui réjouiront les vôtres au temps des Fêtes. Communiquez avec Mme Marie-Andrée Dionne, de la TCACWN, pour plus de détails : (450) 226-7540 ou contact@tcacwn.com.

Comme à Laurel et Saint-Michel, ce sera aussi l’occasion de tenir la Guignolée à Montfort. Des bénévoles feront le tour du village pour recueillir vos dons, en argent, en conserves, etc. Le point de ralliement sera à la caserne des pompiers, sur le chemin des Montfortains. Vous pourrez aussi déposer vos dons au Pavillon Montfort, nous souligne la responsable des lieux, Mme Chartier.

Corridor aérobique et autres pistes : Le Pavillon est ouvert du mercredi au dimanche, de 8h à 16h. Jusqu’en ce 28 novembre, on a déjà accumulé 30 cm de neige aux alentours. Les amateurs de sports d’hiver ne manquent d’ailleurs pas d’affluer.

L’exposition permanente se poursuit jusqu’au 13 janvier au Pavillon qui héberge la galerie d’Art Montfort. Il y aura vernissage, probablement la fin de semaine du 15 et 16 décembre, des œuvres de Denise et Pieter Mayer, dont l’on peut déjà admirer l’image de l’imaginaire à l’arrière de l’ancienne église.

Par Carl Chapdelaine

Centre récréatif : pour résidents!

«Quartier 50+, c’est le nom d’un centre récréatif municipal de Saint-Jérôme destiné aux citoyens de 50 ans et plus. Ce centre est très fréquenté par ladite clientèle. On peut en effet y pratiquer plein d’activités, s’y retrouver entre amis, voire faire de nouvelles connaissances. Et ce n’est pas cher : 25$ pour la carte de membre annuelle d’un résident, plus 5$ pour la passe quotidienne.1

Plusieurs aînés des banlieues de la Reine du Nord, ceux de Sainte-Sophie, Saint-Colomban, Saint-Hippolyte, et même au-delà, aiment également profiter de ce centre; pour 100$ dans leur cas, cela en vaut bien la peine.

Les Jérômiens aiment bien partager et ils ont, comme pour quartier 50+, des équipements à envier; mais ils surveillent aussi leur compte de taxes, que ne manquent pas de grever de tels équipements… Alors, dès le 1er janvier prochain, les 50 et plus de Saint-Colomban verront, d’un seul coup, le prix de leur carte de membre du centre jérômien passer à 460$! 2

Comme pour la politique adoptée par Wentworth-Nord concernant de telles activités offertes uniquement par d’autres municipalités laurentiennes et qui assure à ses résidents à temps plein le remboursement avec un plafond de 150$, de la différence entre le coût chargé aux résidents de ces municipalités et ceux chargés aux non-résidents3&4, Saint-Colomban continuera de contribuer jusqu’à 50$ dans ce cas pour les siens. Ces derniers devront quand même mettre la main à la poche pour le solde de 410$ ou se contenter des équipements dont peut disposer leur propre municipalité.

On voit bien ici cependant que la contribution exigée aux non-résidents ou à leur administration ne peut tenir compte du chiffre de population ou de la richesse des municipalités d’où ils proviennent, puisque c’est celle qui offre les équipements qui en décide. La solution ne passe-t-elle pas alors par l’implication de la MRC concernée?

1. Quartier 50+
2. Saint-Colomban et Quartier 50+
3. Procès-verbal, séance du 17 août 2018, W-N (item 2018-08-321) Note: le règlement pourrait différer de ce que nous en décrivons.

4. Wentworth-Nord

Le Nord

Par Carl Chapdelaine

Le Pavillon reprend vie

Dans l’incertitude jusqu’au dernier moment, les Chartier sont enfin de retour au poste, au Pavillon de Montfort; ils relèvent maintenant de la Municipalité. Cette dernière a certes fait un bon coup en reprenant Mme Chartier, après ce chambardement des plus incompréhensibles. Son oncle a également accepté de reprendre le trousseau de clés qu’il avait lancé au Préfet lors de l’annonce de la destitution de la Coop des 4 Pôles pour le contrat d’entretien et d’accueil du Pavillon, et à en ouvrir et fermer à nouveau les portes.

Mais la remorque remplie de kayaks et de canot de la Coop des 4 Pôles est retournée au lac des Seize-Îles. Quelques vélos sont toujours là. Faudra-Il que la Municipalité remplace, à prix fort, les embarcations à louer; ou demander à la MRC de le faire? D’où viendra l’argent? Cette location nous paraît indispensable; ne serait-ce que pour permettre aux citoyens de Montfort qui n’ont d’autres moyens de naviguer sur le superbe lac qu’ils côtoient, d’en profiter. Ces derniers ne devraient-ils pas même y avoir un accès gratuit selon les disponibilités?

Carl Chapdelaine

Coupe d'arbres au Corridor. Rép. MRC

Bonjour M. Chapdelaine !

Merci de nous informer de la situation.

Je vous confirme que la MRC n’a pas octroyé de contrat pour l’abattage ou l’élagage d’arbres sur la voie partagée en 2018 et que les employés affectés au parc ne sont pas intervenus dans ce secteur. À la demande de Mme Jegou, trois arbres dangereux ont été coupés devant sa propriété par les travaux publics de la municipalité la semaine dernière. La photo publiée sur votre site internet semble plutôt démontrer de l’élagage effectué par un fournisseur de services comme le téléphone, l’internet ou l’électricité. Ces entreprises ne nous demandent jamais l’autorisation avant de procéder car les véhicules y ont accès.

Lorsque nous intervenons pour abattre ou élaguer des arbres, notre préoccupation concerne la sécurité de tous les utilisateurs du Corridor aérobique, soit les marcheurs, les cyclistes et les automobilistes dans le secteur de la voie partagée dont les résidents font partie.

Le règlement du parc stipule qu’il est interdit d’endommager le milieu naturel. Si vous croyez connaître l’auteur de ces méfaits, nous vous invitons à communiquer avec nous ou avec la Sûreté du Québec afin que nous puissions prendre les moyens nécessaires pour intervenir.

Je vous remercie de votre vigilance.

Bonne journée !

Chantal Ladouceur, architecte paysagiste,
Chargée de développement récréatif, MRC

Coupe d'arbres au Corridor

Des résidents révoltés devant une coupe d’arbres le long de la voie partagée du Corridor aérobique, à Newaygo, (plus tôt cette année), nous font part de leur ressentiment et de leur incompréhension. L’un de ces citoyens, qui venait tout juste de planter des arbres ou arbustes en façade de son terrain escarpé et dénudé, aurait vu les autorités les faire faucher, nous-a-t’on rapporté. Un autre, qui comptait sur cette barrière végétale en bordure de la voie pour protéger l’intimité de sa propriété, s’est retrouvé autant à découvert qu’en colère lorsque l’on y aurait procédé à un éclaircissement à la tronçonneuse.

Il ne s’agirait pas ici de ces coupes préventives par Hydro-Québec sous les lignes d’électricité. Un tel événement est vraiment désolant, autant pour les résidents que pour les visiteurs empruntant le Corridor; sans compter que, en bordure du lac, les arbres protègent de l’érosion provenant de la route.

La MRC ou le ministère des Transports seraient-ils à l’origine de cette intervention? La justification retenue serait peut-être la protection des cyclistes empruntant le Corridor dans cette section. Un tel argument a déjà été entendu à d’autres occasions. Protéger les cyclistes qui, pour certains, devraient plutôt prendre bien soin de ralentir pour ne pas effrayer ou même blesser enfants, autre personne ou animal domestique circulant ou traversant cette voie, comme il arrive trop souvent?

Il est difficile de constater ce que l’on nous rapporte tellement les coupes régulières d’Hydro-Québec cultivent une affreuse barrière de picots d’arbres tronçonnés tout le long de la voie; du même genre que celle qui a mis à nu le terrain de stationnement de la marina de Newaygo il n’y a pas si longtemps. Les résidents d’ici ont à cœur d’embellir au mieux leur environnement, qui est aussi celui de leurs visiteurs.

Les conflits entre la MRC ou le ministère des Transports et les résidents de la rue du Chemin-de-fer, la voie partagée du Corridor aérobique, ne sont-ils pas déjà suffisamment alimentés par les diverses mesures que doivent subir ces derniers de la part des premiers?

Toutefois, avant de porter un jugement définitif, nous aimerions bien connaître la portée de ces coupes, leur source et la motivation qui pourrait justifier une telle intervention.

Carl Chapdelaine

Information et démocratie

Le 30 mars dernier, nous écoutions un documentaire intitulé « Marc Laurendeau, le raisonnable cynique ». Monsieur Laurendeau est avant tout un journaliste. Son oncle, feu André Laurendeau, auteur et homme politique, avait été aussi éditorialiste au journal Le Devoir. La femme de Marc Laurendeau, Mme Anne-Marie Dussault, est animatrice d’une émission quotidienne d’information à la télévision de Radio Canada. À cette même société, le journaliste était interviewé sur sa carrière et, entre autres, sur sa perception de l’information. Inscrit en faculté de droit, son avenir se décida pourtant tout autrement avec l’expérience des Cyniques, où il était associé à trois autres étudiants de l’Université de Montréal.


Les Cyniques, mi-journalistes, mi-comédiens, allaient commenter l’actualité politique ou sociale en blaguant narquoisement sur les dérives que le groupe pouvait y relever. Le clergé, Monseigneur le Cardinal Léger en tête, n’était pas exempté de leurs attaques. Le succès du quatuor crût rapidement dans la société étudiante; puis sur la grande scène du Québec en entier. Le journaliste en retiendrait que se moquer de certains traits de l’actualité et des personnages qui la dominent attirait grandement l’intérêt sur l’information mise en cause. Les Cyniques allaient probablement influencer la politique, comme la perception du rôle de la religion dans la vie de leurs contemporains des années 60. Ils accompagneraient la recherche d’une plus grande liberté de pensée de tout un peuple; on en était rendu, au Québec, à ce qui serait défini comme «La Révolution tranquille».


Journaliste au Journal de Montréal, animateur à une émission d’information à la télévision comme à la radio, acteur et maintenant professeur en journalisme à l’Université du Québec à Montréal, le septuagénaire se croit bien placé pour situer l’importance de l’information dans une société démocratique. Pas de jugement éclairé sans information suffisante sur un sujet. Et le travail du journaliste doit précisément s’asseoir sur une bonne perception de l’objet de son propos. Il loue les multiples occasions d’approfondir sa connaissance des situations que lui ont offertes ses diverses occupations professionnelles. Elles lui ont permis d’acquérir une grande expérience qu’il aime aujourd’hui partager avec ses étudiants. Il déplore que, avec l’avènement des media sociaux d’aujourd’hui, ce soit la quantité d’information qui prime sur sa qualité. L’information s’est peut-être démocratisée; mais, ce faisant, elle a bien perdu de sa qualité première et peut parfois même tourner à la désinformation. 


Comment ne pas nous empêcher de retenir que, sans information, notre démocratie risque d’accumuler de sérieux travers. Et, comme application pratique ici, n’est-il pas prioritaire pour les citoyens qui ne disposent pas d’antenne auprès de ceux qu’ils ont nommés comme leurs représentants au sein d’une association ou d’une administration, de clamer haut et fort qu’ils tiennent à être tous informés lorsque des décisions se prennent en leur nom?  Le programme pré-électoral d’un parti, d’un groupe, doit-il s’appliquer intégralement et sans autre formalité parce que le scrutin a tranché en sa faveur; ou même qu’il ait été élu par acclamation, pour quatre années ou même une seule?


Carl Chapdelaine

Taxes vs internet

Suite à la rénovation cadastrale, plusieurs numéros de matricules ont été modifiés.
Il est donc essentiel de bien vérifier votre numéro de matricule qui est inscrit en haut à droite de votre compte de taxes 2018 et de faire les changements nécessaires dans la programmation de vos paiements de factures à votre institution financière.

Source: infolettre de la municipalité de Wentworth-Nord

Mme R. Robitaille quitte W-N

Madame Raphaëlle Robitaille, qui était la directrice des services de l’environnement de la Municipalité, quitte ses fonctions le 2 mars pour un poste au Conseil régional de l’environnement, avons-nous appris. Dans un courriel où elle remercie ses collaborateurs et exprime sa satisfaction d’avoir œuvré au sein de la Municipalité, elle invite les acteurs à poursuivre le travail pour un développement durable de ce beau territoire.


Nous avions entendu par le passé l’un de ces collaborateurs se féliciter de l’ambiance qui régnait dans les moments de travail collectif sous la direction de Mme Robitaille. Les représentants des associations de protection de lac de la Municipalité, qu’elle invitait à des réunions semestrielles à l’hôtel de ville, partageaient sûrement cette opinion. Son départ nous interroge; autant que la disparition de cette direction sous l’item «administration» du site internet de Wentworth-Nord. En décembre dernier, le conseiller D. Zgodzinski était nommé à titre de représentant du Conseil au Comité consultatif de l'Environnement (CCE).


Nos meilleurs vœux de succès dans ses nouvelles fonctions accompagnent Madame Robitaille.

Carl Chapdelaine

Emplois d’été Canada 2018

Le programme d’Emplois d’été Canada est de retour en 2018. Il offre des contributions salariales aux employeurs désireux d’embaucher des étudiants du secondaire et du postsecondaire. Les organismes sans but lucratif sont éligibles à ce programme.

Le premier objectif du gouvernement est de permettre à ces étudiants de poursuivre leurs études tout en acquérant des expériences durant l’été susceptibles de «faciliter les éventuelles transitions de l’école vers le marché du travail».
Le deuxième objectif est d’aider des organismes, y compris ceux qui offrent d’importants services communautaires.
Enfin le programme retient que «les besoins et les priorités varient grandement d’une communauté à l’autre.» Ainsi, des «priorités locales» ont été établies pour les différentes circonscriptions électorales du pays.
Des projets présentés dans une municipalité comme celle de Wentworth-Nord pourraient être favorisés du fait que, parmi les priorités locales retenues pour la circonscription électorale d’Argenteuil–La Petite-Nation, l’appui aux «Secteurs ruraux où la population est de moins de 5 000 habitants» a été épinglé.
De même, la liste des secteurs d’intervention privilégiés pour la circonscription comprend le secteur sans but lucratif œuvrant dans le communautaire, celui de la culture et du patrimoine, le secteur récréotouristique ainsi que celui de la protection et de l’interprétation de l’environnement. Signalons aussi que les organismes qui offrent des possibilités aux communautés de langue officielle en situation minoritaire auront un privilège.
On peut imaginer un projet tentaculaire couvrant l’ensemble de la Municipalité et créant plusieurs emplois d’été, dans le domaine du patrimoine, de la protection de l’environnement, du tourisme ou autre secteur privilégié. Une collecte de photos et d’histoires anciennes qui seraient immortalisées, au niveau des résidents des lacs et des villages, orchestrée par ceux-là même qui avaient collaboré à une entreprise semblable au printemps dernier. Un inventaire des populations de canards et d’oiseaux qui fréquentent nos lacs en belle saison et des caractéristiques de leur séjour, en collaboration avec Développement ornithologique Argenteuil. La préparation et la tenue d’un décompte des visiteurs qu’accueillent les résidents des lacs en période estivale, les premiers juillet et août par exemple, présenté par un organisme comme la Coop des 4 Pôles.

Toute demande doit être présentée au plus tard le 2 février 2018 à 23h59.
Emplois d'été Canada 2018 ;
EÉC,Prioriéts locales ;
Main Street, January 2018 , p. 9;

Argenteuil - La Petite-Nation.

Carl Chapdelaine

Les barrages de castors

Wentworth-Nord a été témoin en 2017 des conséquences dangereuses et coûteuses du bris d’un barrage de castor en zone habitée. C’était au lac Notre-Dame l’été dernier. Le maire Genest expliquerait alors que la Municipalité utilise une codification pour évaluer l’état d’un tel barrage et prévenir, autant que peut se faire, les risques pour la population et les infrastructures routières principalement. En fait, «…pour être efficiente, la gestion des populations de castors devrait être réalisée à l’échelle des bassins versants…» Projet castor
En 2017, l’organisme de bassin-versant des rivières Rouge, Petite Nation et Saumon (OBV RPNS), qui couvre une bonne partie de la municipalité de Wentworth-Nord, a annoncé que son projet de «conception de plans municipaux d’action reliés à la présence de castors, réalisés en partenariat avec neuf municipalités de sa zone de gestion avait été retenu par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP)».
«Un spécialiste en géomatique a par la suite cartographié le bassin versant pour chaque barrage en incluant les infrastructures à risque situées en aval des barrages. Avec ces cartes en main, les municipalités ont rédigé, avec l’aide d’un expert en ce qui a trait aux castors, un document comprenant une description du bassin versant, ses caractéristiques, ses problématiques, le rôle potentiel d’un piégeur et une liste d’actions à entreprendre pour prévenir les dommages causés par une rupture de barrage.»
Le plan est interactif et «pourra être utilisé et complété par les municipalités au fur et à mesure des années; (il a été) créé afin de répondre à la dynamique changeante des barrages de castors et de l’évolution de l’urbanisation dans certains secteurs.» Information du Nord; Castor vs urbanisation OBV RPNSPlan d'action pour Wentworth-Nord

Abrinord, qui couvre l’autre partie de la Municipalité, est aussi engagé dans ce genre de projet en partenariat avec les MRC des Laurentides, d’Antoine-Labelle et de Papineau, ainsi qu’avec d’autres organismes, depuis 2011; mais la MRC des Pays-d’en-Haut n’est pas indiquée dans la liste de ces partenaires.

Carl Chapdelaine

Traces d'animal

Vous-vous êtes probablement déjà demandé quelles sortes d'animaux pouvaient bien rôder dans la forêt proche qui nous entoure. En fait, comme l'observation des oiseaux, cet intérêt peut faire l'objet d'un passe-temps. N'y aurait-il pas demandeurs pour des excursions consacrées à un tel loisir? Le soussigné trouvait dernièrement ce qui semblait être une petite queue de mammifère dans le sentier Mount. De quel animal provenait-elle et que lui était-il arrivé? Le guide «Mammifères du Québec» laissait croire qu’elle appartenait à un tamia (suisse). Dire qu’il nous semblait y en avoir déjà si peu dans le coin. Mais ils peuvent peut-être laisser leur queue et rester en vie.


Comme pour l'observation des oiseaux, il existe des guides pour vous assister, comme «Traces d’animaux du Québec» aux éditions Broquet Traces d'animaux du Québec, et «Animal Tracks», dans les guides Peterson. . Le court article de Main Street, intitulé «Animal tracks», suffit à nous en mettre l'eau à la bouche. Main Street (December)

C.C.

Entretien au Corridor aérobique

Comme le Parc linéaire le P’tit Train du Nord, celui du Corridor aérobique est fermé depuis le 30 octobre. Le 1er novembre, nous nous heurtions donc à une porte barrée au Pavillon Montfort.* Cette fermeture marque la fin de la saison 2017 en attendant la période hivernale, apparemment déterminée par l’arrivée de la neige. Les autorités profiteront de l'entre-deux saisons pour voir à l'exécution de travaux de réfection.
On pouvait ainsi voir, lundi, un jeune ouvrier très accueillant se faire les muscles en étendant manuellement et très méthodiquement du gravier sur la surface actuelle, devant le Pavillon Montfort. (Visiblement, on a ici favorisé le travail manuel à la machinerie lourde; ou simplement opté pour la solution la plus abordable. On espère seulement qu’il n’ait pas apporté la tonne de pierre à la brouette…) À notre demande de savoir s’il travaillait pour la Municipalité ou la MRC, il répondit judicieusement que c’était pour la Coop des 4 Pôles. (Il aurait aussi pu s’agir de réparer, en même temps, des dégâts éventuellement occasionnés par les restes de la tempête tropicale Philippe, qui a marqué son passage dans la municipalité; mais c’est à vérifier.)

«...la cure de rajeunissement des parcs linéaires se poursuit et plusieurs travaux auront lieu dans les différentes MRC. Pour votre sécurité, nous sollicitons votre collaboration afin de ne pas circuler sur les pistes pendant l’entre saison afin de faciliter le travail des entrepreneurs. En outre, l’utilisation en période de gel/dégel détériore la surface de roulement et contribue à la formation d’ornières.»   MRC des Pays-d'en-Haut

*Le Pavillon devrait être ouvert pour les activités prévues, notamment dimanche, le 5 novembre, pour le scrutin municipal. Il demeurera autrement fermé jusqu'au retour de la neige.

Carl Chapdelaine

Vote par la poste: procédure

Voici quelques remarques sur la façon de remplir les formulaires de vote par la poste.

À NOTER :

1) Il y a une erreur dans les instructions que vous avez reçues! Les bulletins de vote n'entrent pas dans l'enveloppe fournie à moins qu'on les plie. J'ai parlé à Sophie Bélanger, Présidente d'élection, qui me confirme qu'ils vont accepter les bulletins de votes pliés.
2) Il y a trois bulletins de vote à compléter : celui pour le poste de conseiller, celui pour le poste de maire et celui pour le poste de préfet de la MRC.

S.V.P. SOYEZ ATTENTIFS : Lors du vote par la poste en 2009, 50% des bulletins de vote ont été rejetés!

VEILLEZ BIEN À :

1) NE PAS découper les bulletins de vote le long des pointillés;
2) Plier les bulletins de vote le long de la ligne séparant deux noms afin qu'ils puissent entrer dans l'enveloppe no 1;
2) Ne mettre que les trois bulletins de vote dans l'enveloppe no 1;
3) N'inscrire que votre adresse à Wentworth-Nord sur la Déclaration;
4) Vous assurer que la pièce d'identité dont vous fournissez une photocopie comporte votre signature;
5) Vous assurer que la signature de votre déclaration est la même que celle de votre pièce d'identité.

Une fois que votre envoi est prêt, vous pouvez envoyer votre enveloppe par la poste, par messager, ou encore la déposer à l'Hôtel de ville.
...
Merci.

Eric Johnston


Suite à votre appel de cet avant-midi, relativement à la grandeur de l’enveloppe #1 (enveloppe de vote secret, dans laquelle les bulletins de votes doivent être insérés). Nous vous confirmons qu’il n y a pas de problème à plier les bulletins de votes, et ce malgré la directive indiquée à l’étape #1 du formulaire « Instructions à l’électeur ou à la personne habile à voter ».
 
Toutefois, nous recommandons de plier les bulletins en deux, à partir de la ligne de couleur qui est située au-dessus du premier nom qui est indiqué sur le bulletin.  (Voir l’exemple ci-joint, fait à partir d’un modèle de bulletin standard.)
 ...
Sophie Bélanger
Présidente d’élection. 

Vote par correspondance

Les bulletins de vote n’entrent pas dans l’enveloppe. La procédure étant très stricte, ne faites rien, rien, rien, sans vous être préalablement renseignés au numéro de téléphone indiqué. Votre vote pourrait facilement être annulé.

Carl Chapdelaine


Voici quelques remarques sur la façon de remplir les formulaires de vote par la poste.

 

Des coyotes en ville

J’habite tout près du Boisé-de- Saint-Sulpice, dans Ahuntsic, à Montréal. Il y a un mois environ, alors que j’entreprenais la promenade statutaire pour la garde du petit chien de mes amis en voyage, je vis une nouvelle affiche municipale en approchant du boisé. «Attention aux coyotes», avec quelques mesures à prendre pour ne pas avoir de problème. La semaine suivante, c’était un communiqué de la ville de Montréal dans ma boite à lettres. On nous signalait effectivement la présence accrue des coyotes en ville et dans les secteurs boisés de notre arrondissement, dont le nouveau parc Frédéric-Back, où l’on en a déjà capturé une dizaine, et le Boisé-de-Saint-Sulpice...


Je venais bien de revoir un reportage sur la présence de coyotes dans certaines villes de la Côte Ouest, mais je ne m’attendais pas à leur présence en pleine zone urbaine de Montréal. Je me dis qu’il ne pouvait pas vraiment s’agir de ce petit boisé, déjà encerclé par trois artères majeures et adossé au Cegep Ahuntsic. Mais alors que je m’apprêtais encore à entrer dans le boisé avec le petit terrier, une voisine me prévint du risque que je prenais pour lui, qu’une autre voisine avait vu son petit toutou se faire tuer par la bête; qu’un cycliste avait aussi été mordu. Cela devenait sérieux; devais-je me réfugier dans la forêt qui cerne mon chalet, au lac Saint-François-Xavier, pour éviter toute rencontre funeste?


Le communiqué de la ville affirmait pourtant que le coyote ne représentait aucun danger pour la sécurité de la population. Le kiosque d’information du parc Frédéric-Back allait accueillir un conférencier qui expliquerait comment favoriser une saine cohabitation avec l’animal. Les voies de chemin de fer, comme celle qui traverse précisément notre arrondissement d’ouest en est, seraient aussi une de leurs voies de pénétration.


Ma garde de Java était terminée et je ne m’inquiétais plus du coyote, lorsqu’un voisin me raconte son expérience. En allant à son travail, au petit matin, il se retrouve face à face avec la bête qu’il décrit comme étant plus grande qu’un berger allemand. La confrontation ne dura pas très longtemps; et ce monsieur, tout en poursuivant son chemin, jugea bon d’adopter un comportement faignant une certaine indifférence, pour ne pas montrer sa crainte devant cette apparition. Le coyote, lui, qui se dirigeait vers la première poubelle en vue, poursuivit sa démarche. Notre brave citoyen signala son aventure au premier poste central de police sur son chemin, où, bien sûr, on lui affirma qu’il n’était pas au bon endroit pour signaler ce fait divers… L’idée pourtant, de voir une préposée de la garderie voisine, promener de très jeunes enfants en bordure du boisé, ou d’y voir une nouvelle maman y pousser un carrosse sans savoir que des coyotes affamés rodent, nous inquiète.


Carl Chapdelaine

Compte-rendu, séance du Conseil du 2 oct. 2017

Présidée par le Maire Genest, à Montfort                                                                                               Ordre du jour

Rapport du maire
- Le maire indique que la décision de la MRC, concernant l’emplacement du Complexe sportif, sera prise demain.
- Il dit avoir participé à la séance de consultation sur la sauvegarde des réseaux de sentiers, tenue à Saint-Sauveur. Des sentiers, souvent patrimoniaux, sont en effet menacés de disparition lors de nouveaux lotissements de terrains. Le dialogue avec les propriétaires est le moyen préférablement choisi pour contrer cette menace. À Wentworth-Nord, comme c’est le cas pour le Sentier des Orphelins, les terrains appartiennent majoritairement à la municipalité.
- Il annonce que le Centre communautaire de Saint-Michel sera rebaptisé Centre communautaire et culturel Paul-Tex Lecor, en l’honneur de cet artiste originaire du village et décédé dernièrement.
- Il souligne que, comme c’est la période où les gens retirent leur embarcation des lacs à l’aide de remorques à bateau, ces dernières doivent être lavées si elles proviennent d’une autre étendue d’eau.
- M. Genest a un mot sur l’opération Nez rouge, sur la fondation pour les CHSLD et sur celle consacrée à la persévérance scolaire.
- Il se félicite du succès de l’événement UpDog, au Centre Régional Multiactivité de Wentworth-Nord, haut en couleur et qu’il a personnellement très apprécié. Le centre s’est avéré être des plus appropriés pour ce concours qui a rassemblé une trentaine d’équipes de chiens.
- Il salue le succès de l’inauguration des micro-bibliothèques au parc de la Plaque tournante et remercie les organisateurs, dont Mme Paquette.


Administration
Parmi la trentaine de points de ce thème, mentionnons les suivants :
- Les dépenses budgétaires, bien en contrôle, n’ont pas encore atteint le total prévu; mais l’année fiscale n’est pas terminée. Le budget doit légalement être équilibré.
- La Municipalité a son nouveau logo; les membres du Conseil et d’autres intervenants ont été impliqués dans le choix du dessin. Il sera dévoilé en fin de séance.
- La Municipalité a demandé autorisation à la MRC de démanteler le barrage de castor qui avait cédé plus tôt cette saison au lac Notre-Dame et causé des dégâts.
- Les dépenses sont entérinées, à même le compte de taxe, pour l’aménagement d’un stationnement donnant accès au réseau de sentiers des Orphelins.
- Un contrat est octroyé pour la réfection de la toiture, isolation et autre, au Centre communautaire de Wentworth-Nord (secteur Laurel).
- Majoration du contrat de déneigement du secteur de Montfort, pour ajouter le chemin du Lac-Thurson.
- La prochaine séance du Conseil, après les élections, aurait lieu le (?) novembre.
- Autorisation de paiement final pour la construction de la phase II du chemin du Lac-Thurson et d’une partie de la rue Mount.
- Le maire donne plus de précisions sur l’emprunt pour une dépense de 1 417 000$, remboursable sur 10 ans, pour les travaux de remise en état de 3 km de la route Principale entre Laurel et Saint-Michel. [La subvention serait de 853 000(?).échelonnée sur dix ans. Tout surplus budgétaire à cet item pourrait être affecté à d’autres routes. (???)]
- Autorisation de dépenses pour le creusement et l’enrochement d’un fossé longeant les rues Sunny Side et Provencher, du type de celui fait dans le bord ouest de la Grande Côte, pour diriger le ruissellement dans ce cas aussi vers la fosse de 10 000 gallons installée au pied de la Grande Côte. La configuration actuelle permet le débordement sur les rues Sunny Side et Provencher et provoque l’arrivée de quantité de sédiments du côté ouest du chenal sous le pont de Montfort.


Hygiène du milieu et environnement
- La municipalité va prendre en charge l’aménagement d’un système septique aux normes pour un propriétaire n’ayant pas les liquidités pour se conformer immédiatement à cette obligation. Le remboursement par le propriétaire sera échelonné.


Urbanisme et zonage
- La Municipalité, qui avait retiré le zonage en parc de lots de la zone H63 (au bout du chemin du Lac-Thurson), ajoute une interdiction de bâtir, et donc de construire quelque quai communautaire, sur tout lot de H63 en zone riveraine (???)
Le maire en profite pour indiquer que l’adoption du Plan d’urbanisme révisé assurera une longueur d’avance au futur Conseil, qui devrait déjà en avoir plein les bras avec la préparation du budget. Les règlements pourront toujours être modifiés. L’ancien zonage, commandé à une firme, s’apparentait plus à celui d’une banlieue qu’à une municipalité comme Wentworth-Nord.
Adieux des membres du Conseil sortants


- Cette séance devant être la dernière avant les élections, le maire en profite pour remercier la population et féliciter les conseillers qui l’ont accompagné au cours d’une partie ou la totalité de son long mandat. Notre conseiller, M. André Soucy, a également un mot pour ses concitoyens. Le tout vaut une bonne salve d’applaudissements de l’auditoire en remerciement au maire et aux conseillers.
(En fait, il devra y avoir une autre séance, vendredi 6 octobre, date butoir, pour régler d’autres obligations.


Période de questions
- Dans le cas de la subvention pour la réfection des 3 km de la route Principale, le maire explique que la subvention aurait été de 90%, au lieu des 75%, si la Municipalité avait été décrétée «démunicipalisée» (trop faible population pour ses obligations financières). Il y a l’obligation d’affecter la subvention aux 3 km en questions; mais …
- Dans le cas du chemin du Lac-Thurson, le maire rappelle que la Municipalité paye pour sa part, en fonction de sa propriété de terrains.


Des séances de photos des membres du Conseil, avec le tableau du nouveau logo de la municipalité en arrière-plan sur trépied, sont aussi au menu.

Note : Nos observations sur ces points de la séance du Conseil de la Municipalité ne sont que le reflet de notre compréhension. Le lecteur devra se référer au procès-verbal officiel pour toute interprétation et avant toute utilisation.

Carl Chapdelaine

Compte-rendu, Séance  Du Conseil du 29 Sept. 2017 

Compte-rendu de la séance extraordinaire du Conseil municipal du 29 septembre 2017
Tenue à Laurel et présidée par M. le Maire Genest.


Note : Nous n’avons pas bien compris la raison de la tenue de cette séance extraordinaire, suivant la dernière session de consultation sur le projet de révision du Plan d’urbanisme et qui portera principalement sur l’adoption de ce projet amendé.


Un item fut ajouté* et porterait sur un avis de motion pour le règlement d’emprunt concernant la réfection de la route principale (cas du 3 km). La Municipalité venait, avons-nous compris, d’obtenir un crédit supplémentaire du gouvernement pour ce projet d’un million de $. Cette dernière somme ne serait cependant nécessaire, précisera le maire, que s’il s’avérait que l’assise de la section de route visée nécessitait des travaux majeurs de consolidation. La tenue de cette séance extraordinaire du Conseil permettrait de donner suite à l’avis de motion dès la séance du 2 octobre. (?)


À l’item 2, l’adoption du projet révisant le plan d’urbanisme tel que présenté dans la session de consultation qui venait d’avoir lieu, reçut l’appui majoritaire des conseillers. (L’adoption du projet n’est pas encore l’adoption du règlement; laquelle aura lieu à la séance régulière du Conseil du 2 octobre, à Montfort. Cette dernière, et donc l’adoption du Plan d’urbanisme révisé, se fera en bloc, de même que son éventuelle sanction par un référendum. Des modifications sont donc toujours théoriquement possibles d’ici cette date.)  

La conseillère Théorêt avait proposé, comme demandé par des intervenants du secteur du lac Pelletier, que la superficie minimum des lots y soit augmentée à 10 000 m2, diminuant ainsi la pression éventuelle sur la capacité de support de ce lac face au projet de Napée. Elle venait d’être fixée à 7 500 m2; ce qui, expliqua l’urbaniste en chef de la municipalité, était déjà une restriction par rapport aux 5 000 m2 minimum autorisés pour un projet devenu maintenant intégré et en une seule propriété (?). Sa proposition fut appuyée par la conseillère Gour, mais rejetée par les trois autres conseillers présents.

À la période de questions, le soussigné demandera comment on s’assurera de la capacité de support d’un lac, tel qu’indiqué dans le projet de révision du plan d’urbanisme. Le Maire rappellera que cette obligation de respecter la superficie minimum des lots, comprenons-nous, est la seule réponse appliquée par la municipalité. Devons-nous en déduire que, quelle que soient les dimensions d’un lac, avec sa circonférence, sa profondeur, le volume et le taux de renouvellement de son eau, son degré d'eutrophisation, etc., on peut éventuellement remplir son bassin-versant  d’habitations, pourvu que la taille minimum des lots et les caractéristiques de l’habitation et de ses dépendances respectent les normes établies sur ces derniers critères?


Un intervenant de la salle demanda pourquoi on retirait un zonage de lots en parc, au lac Saint-François-Xavier, du côté du secteur accessible par le nouveau chemin du Lac-Thurson. Il y voyait la possibilité de nouveaux accès au lac. Le maire Genest expliqua que la consultation à Montfort avait indiqué un changement dans la volonté des résidents du lac. Alors que le Comité consultatif sur les terrains orphelins, jadis (et dans lequel le soussigné représenterait l’Association du lac), avait demandé et obtenu que les terrains transférés à la municipalité suite à leur abandon, soit convertis en parc (il s’agissait plus précisément, selon notre compte-rendu de juin 2011, de «garder l’essentiel des terrains en espaces verts ou parcs.»), les résidents ne voulaient plus de promotion récréotouristique et donc plus de conversion de terrains en parc…  M. Genest indiqua, en passant, que le projet de quai de la Coop des 4 Pôles dans ce secteur (à la tête du lac et à partir de terrains municipaux) n’était plus envisagé. L’intervenant s’éleva contre cette nouvelle approche municipale et précisa qu’il n’était pas contre la promotion (ou l’usage?) récréotouristique, pourvu que le tout soit correctement encadré et que des mesures adéquates de protection environnementale soient appliquées.


Ce dernier échange nous amène à penser que, au-delà des indications claires du plan d’urbanisme, il faut regarder aux intentions des autorités municipales qui peuvent ne pas toujours y être perceptibles.


*L’item 6 sur le projet d’ordre du jour serait remplacé par ce nouvel item.


Note : Nos observations sur ces points de la séance du Conseil municipal ne sont que le reflet de notre compréhension. Le lecteur devra se référer au procès-verbal pour toute interprétation et avant toute utilisation.

                                                                                                                             Carl Chapdelaine

C.C.              

Séance du Conseil du 11 sept. 2017 (Projet)

ORDRE DU JOUR SÉANCE ORDINAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 11 SEPTEMBRE 2017 AU CENTRE COMMUNAUTAIRE DE LAUREL À 19 H 3470, route Principale à Wentworth-Nord Projet
 
  1/2
 
 
1. ADOPTION DE L’ORDRE DU JOUR
 
2. SUIVI ET ADOPTION DU PROCÈS-VERBAUX 2.1 Suivi et adoption du procès-verbal de la séance ordinaire du 14 août 2017; 2.2 Suivi et adoption du procès-verbal de la séance extraordinaire du 18 août 2017;
 
3. CORRESPONDANCE
 
4. LÉGISLATION 4.1   Rapport du maire et des présidents de comités;
 
5. ADMINISTRATION 5.1 Acceptation des achats, des déboursés, des achats d’immobilisations pour le mois d’août 2017; 5.2 Demande de subvention par Le marché artisan d’été; 5.3 Entérinement de dépenses pour des travaux de réparations et de corrections (chaussée et drainage) – Secteur du 1520, chemin Notre-Dame Sud – Réjean Beaulne Excavation Inc.; 5.4 Entérinement de dépense pour des travaux d’amélioration au réseau de drainage des voies publiques - 9041-4848 Québec inc. (Excavation Constantineau); 5.5 Entérinement de dépenses pour des travaux d’entretien et de corrections (chaussée et drainage) du Chemin du Lac-Gustave pour la portion non municipale  – Garage R/T Smith inc.; 5.6 Entérinement de dépenses pour des travaux d’aménagement du stationnement du Sentier des Orphelins – 9129-6558 Québec Inc. (David Riddell Excavation/Transport); 5.7 Entérinement de dépenses pour des travaux d’aménagement du stationnement du Sentier des Orphelins – Réjean Beaulne Excavation Inc.; 5.8 Entérinement de dépenses pour des travaux d’aménagement du stationnement du Sentier des Orphelins – Les Entreprises Forestières Benoit Cloutier Enr.; 5.9 Entérinement de dépenses pour des travaux d’aménagement du stationnement du Sentier des Orphelins – C & J Bigras Transport Inc.; 5.10 Entérinement de dépenses pour des travaux d’aménagement du stationnement du Sentier des Orphelins – Centre de rénovation Pine Hill Inc.; 5.11 Entérinement de dépenses pour des travaux d’aménagement du stationnement du Sentier des Orphelins – 9041-4848 Québec inc. (Excavation Constantineau); 5.12 Entérinement de dépenses pour des travaux de réparations et de corrections (chaussée et drainage) – Secteur du 1520, chemin Notre-Dame Sud – 90414848 Québec inc. (Excavation Constantineau); 5.13 Modification/mode de paiement conteneurs semis enfouis - Envisoco Molok; 5.14 Élections municipales 2017 – Tarifs de rémunération du personnel électoral; 5.15 Autorisation d’embauches au Service de la sécurité incendie;
 
6. SÉCURITÉ PUBLIQUE 6.1  Dépôt des rapports d’activités des périodes de paye # 2017-16 et # 2017-17 des pompiers et premiers répondants; 6.2  Autorisation à directrice générale et secrétaire- trésorière, de déposer pour et au nom de la municipalité, une demande de subvention - Programme d’aide financière pour le soutien à l’organisation des interventions d’urgence hors du réseau routier;
 ORDRE DU JOUR SÉANCE ORDINAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 11 SEPTEMBRE 2017 AU CENTRE COMMUNAUTAIRE DE LAUREL À 19 H 3470, route Principale à Wentworth-Nord 
 
 
  2/2
 
6.3  Vente par encan – Centre de services partagés Québec (Appel d’offres 170371);
 
7. TRANSPORT – TRAVAUX PUBLICS 
 
 
8. HYGIÈNE DU MILIEU ET ENVIRONNEMENT
 
 
9. URBANISME ET ZONAGE 9.1  Dépôt de la liste des permis émis du 26 juillet au 24 août 2017; 9.2  Compte-rendu de la session extraordinaire du C.C.U. du 28 juillet 2017 et compte-rendu de la session régulière du C.C.U. du 25 août 2017; 9.3  Dérogation mineure 2017-0230 – Allée d’accès au 1290, chemin Notre-Dame Sud; 9.4  Demande de servitude de passage – 3275, chemin Nazaire;
 
10. LOISIRS, CULTURE ET VIE COMMUNAUTAIRE 10.1 Autorisation à la MRC des Pays d’en-Haut de déposer une demande de subvention au MFA dans le cadre du « Programme de soutien – Municipalité amie des        aînés »;
 
11. PROJETS SPÉCIAUX 11.1 Demande de contribution financière – Campagne Opérations Nez rouge SainteAdèle (2017);
 
12. VARIA
 
13. PÉRIODE DE QUESTIONS
 
14. LEVÉE DE LA SÉANCE ORDINAIRE

Prix Fleurons 2017

En ce 26 août 2017 à Laurel, Mme Danielle Desjardins, organisatrice (Comité d’embellissement de W-N) du concours Fleurons 2017 de Wentworth-Nord, rappelle qu'il s'agit de la première année. La municipalité cherche à obtenir un 3e fleuron. 

Puis, à l’aide d’une présentation Power Point, elle souligne les éléments du concours :
- Volet résidentiel et volet commercial.
- Fleurir = Beauté, attrait des lieux, santé, pollinisation, nature, communauté, valorisation de la propriété.
- 9 inscriptions de résidents; 4 d’entreprises.
- 5 critères : visible de la rue, intégration de la monarde, état des végétaux, propreté, visuel d’ensemble et originalité.
- Prix : Une carte-cadeau de 100$ pour chacun des trois secteurs. 50$ pour un participant non-gagnant (Certains ont de beaux arrangements, mais ne respectent pas tous les critères pour se qualifier.)
- Trophée (pour un an) à l’entrepreneur gagnant. (Un petit transplantoir ou mini pelle de jardin qui servait originalement de heurtoir de porte, monté sur un socle de bois verni.)
- Présentation du jury.
Remerciements aux participants et commanditaires.
M. et Mme Bordier remportent le prix pour le secteur Montfort; Mme Micheline Kinksberry pour celui de Laurel, et Mme Nathalie Gagné pour celui de Saint-Michel.
Mme Line Chapados, du Restaurant de la Rivière-Perdue, se voit attribuer le trophée pour l’entrepreneure gagnante.
Mme Catherine Zidorenko gagne le prix de 50$ pour sa participation.
Mme Desjardins parle du travail de la Brigade des jardins de Wentworth-Nord; peut-être une société d’horticulture aussi, un jour… Le concours reviendra l’an prochain; possiblement avec d’autres critères. Votre opinion serait appréciée.
L’attribution des fleurons, elle, ne relève pas de Wentworth-Nord, bien sûr. Elle aura lieu plus tard.

Concours

Carl Chapdelaine

Compte-Rendu Sur La Séance spéciale Du 18 Août 2017

La séance extraordinaire a été requise suite à une erreur lors de celle de lundi dans la procédure de remplacement d’articles de loi précédemment abrogés au cours de cette même séance. Son urgence a été justifiée par le fait que la procédure d’application de ces règles d’urbanisme (?) allait demander du temps; ce temps étant compté d’ici au 2 septembre, si nous avons bien compris. Aussi, l’abrogation lundi de ces mêmes articles de loi existants, laissait un vide inacceptable dans l’application de la réglementation (jusqu’à la prochaine séance régulière), a souligné le conseiller Gosselin.
Le stationnement projeté pour le sentier des Orphelins sera vers la jonction de ce sentier avec le chemin Thurs(t)on; il permettra aux visiteurs de ne pas avoir à parcourir à pied la distance entre Montfort et le début du Sentier. La Municipalité veut profiter de la présence de matériau (terre et roches?), laissés par la construction du chemin pour aménager à bon compte un tel stationnement, avec sa propre machinerie.

Note : Nos observations sur ces points de la séance du Conseil de la Municipalité ne sont que le reflet de notre compréhension. Le lecteur devra se référer au procès-verbal officiel pour toute interprétation et avant toute utilisation. 

Carl Chapdelaine

Compte-rendu sur la séance municipale du 14 août 2017

Notes de compte-rendu sur cette séance tenue à Saint-Michel et présidée par le maire André Genest
Projet d'ordre du jour
Consultation sur le plan d’urbanisme révisé
Avant même l’adoption de l’ordre du jour, il fut question de la consultation publique sur le plan d’urbanisme élaboré par l’équipe du directeur de ce service, M. E. Farmer. La directrice générale, Mme S. Bélanger, annonce que cette unique séance aura lieu le 2 septembre, jour de la Fête du travail, au Pavillon de Montfort. C’est là que s’était matérialisée la plus forte audience lors des précédentes consultations. La matinée sera essentiellement consacrée à la présentation du plan, alors que les discussions auraient plutôt lieu en après-midi. Un document devrait être préalablement disponible sur le site internet de la Municipalité, avons-nous compris, et les intéressés seront invités à faire connaître à l’avance leurs questions.


Correspondance
Le maire parle des visites organisées, en compagnie de ses collègues de la MRC, de quelques écocentres du sud du Québec : à Granby et dans l’arrondissement montréalais de LaSalle. Notre compréhension est qu’il faudrait un tel centre pour l’ensemble de la MRC; un peu à l’image de celui de Saint-Jérôme pour la MRC de la Rivière-du-Nord, avec des services complets. Il y a actuellement un dépôt privé à Sainte-Adèle (au bout du chemin Notre-Dame); mais qui n’accepte (principalement que les matériaux et rejets de construction).
Le maire rappelle l’annonce par les députés d’une subvention de 22 millions pour le centre sportif régional. L’étude demandée par la MRC confirme la désignation de l’emplacement de l’école secondaire Augustin-Norbert-Morin, à Sainte-Adèle, comme étant le plus approprié Accès, p. 6. Il note que la proximité d’un tel complexe sportif pourrait susciter l’intérêt des jeunes à la fréquentation de cet établissement scolaire. La répartition des coûts entre les municipalités de la MRC tiendrait particulièrement compte de leur chiffre de population.
M. Genest souligne la remise par le député d’une médaille à M. Robert (Bob) Clark, pour la tenue historique des Régates d’été de Montfort. M. Clark s’était déjà vu remettre un trophée (pour le cinquantenaire de leur organisation, lors du Pot-Luck de 2015, au Pavillon de Montfort).
Il est aussi question d’un service de médiation qui pourrait même servir à aborder des conflits entre citoyens et autorités municipales.


Administration
- Bris du barrage de castor au lac Notre-Dame : Une dépense de 20 000$ à Réjean Beaulne Excavation Inc, (pour la réparation de la chaussée et des aménagements?), suite au récent bris d’un barrage de castor au lac Notre-Dame. Des dépenses seront aussi entérinées pour l’achat d’équipement de drainage. Le principal propriétaire touché par ce bris (a permis l’utilisation de son terrain pour créer un aménagement susceptible de canaliser tout déversement exceptionnel d’eau; ce qui lui semble bien fonctionner?) Il demandera à la période de questions si la MRC développera un plan d’action pour voir à mieux surveiller les barrages de castors qui pourraient menacer des zones habitées.
- Secrétaire d’élections : Le directeur d’urbanisme, M. E. Farmer reçoit ce mandat pour les élections municipales de cet automne.
- Chemin Hunter : Une consultation aura lieu le 25 août prochain sur ce dossier.
- La renouée japonaise : Une subvention est accordée à l’association du lac Grothé, pour la replantation, suite à l’arrachage de cette plante envahissante.
- 40km/h sur le chemin des Montfortains : Le Conseil voudrait voir la vitesse actuelle réduite à 40km/h sur une partie de ce chemin. Des dos d’âne seraient entre autres créés, dont un aux alentours de la caserne de pompier et un au village.
- Chemin Thurs(t)on : Autorisation de dépense de 94 483$.
- Entretien de 25 km(?) de route : Le maire songe à faire quelque sortie publique devant l’exigence de la part du gouvernement d’analyse supplémentaire face à la requête municipale de hausser sa contribution. Cette dernière, fixée à 156 000$ depuis plus de deux décennies n’a jamais bougé…


Hygiène du milieu et environnement

- Subvention à l’Association du lac Gustave : Une subvention lui est accordée pour sa corvée de nettoyage des berges. Le maire explique que, vu la distance séparant le lac de l’hôtel de ville, il est plus avantageux, financièrement, de procéder ainsi que de mettre à contribution le service de la Municipalité.


Note : Nos observations sur ces points de la séance du Conseil de la Municipalité ne sont que le reflet de notre compréhension. Le lecteur devra se référer au procès-verbal officiel pour toute interprétation et avant toute utilisation.

Carl Chapdelaine

Plan d’action pour la rivière à Simon

Avec ses partenaires, Abrinord, l’organisme de bassin-versant de la rivière du Nord, effectue l'échantillonnage de la rivière à Simon à de multiples sites sur son parcours et sur celui de ses affluents depuis 2010. Trois paramètres sont ainsi analysés : le phosphore total (pour connaître l’apport en éléments nutritifs), les matières en suspension (indicateur d'érosion), et les coliformes fécaux (contamination fécale d'origine humaine ou animale). «Les analyses démontrent des concentrations élevées en coliformes fécaux à certains moments de l’année, principalement lors d’épisodes de pluie…» Il y a donc besoin d’améliorer la qualité de l’eau du bassin-versant de la rivière à Simon sous ce rapport et d’assurer que l’on puisse à jamais y pratiquer des activités récréotouristiques sans souci.

En concertation avec les acteurs du milieu, principalement les municipalités constituantes, il a été convenu de mettre sur pied un Plan d’action de cours d’eau. Le Plan, qui vient d’être achevé, succède à une analyse du bassin-versant de la Rivière à Simon et à la pose d’un diagnostic. Il implique plusieurs éléments propres à ce type de démarche, dont la collecte de données, l’information, la sensibilisation et l’évaluation du respect de la réglementation sur le rejet des eaux usées ou la revégétalisation des rives, etc. Dans l’article du journal Accès, on peut lire que la directrice générale d’Abrinord, Mme Marie-Claude Bonneville, parle «de l’engagement d’une diversité de personnes et d’organisations qui favorise une prise en charge collective des solutions». 

La forme technique qu’a prise ce plan surprend par son approche moderne, avec utilisation de la cartographie interactive et participative, ainsi qu’avec un appel aux contributions photographiques ou autres; une technique dont devrait peut-être s’inspirer le CRE pour ses Plans directeurs de lac, mais qui existe déjà en partie dans son Atlas des lacs.

«Ce projet (de plan d’action) a été réalisé grâce au soutien financier de la MRC des Pays-d'en-Haut dans le cadre du Fonds de développement des territoires (FDT) 2016-2017.»

C’est au lac Saint-François-Xavier, avec ses petits tributaires et avec le lac Chevreuil que la rivière à Simon prend la première source de son parcours et son nom; ce qui ne veut pas dire que ce soit là sa seule source. Plusieurs sous-bassins-versants s’ajoutent à celui du lac Saint-François-Xavier pour former le grand bassin-versant de la rivière à Simon. Ce dernier comprend 214 km de cours d’eau et 333 lacs dont quelques lacs d’importance diverse de Wentworth-Nord (lac S-F-X, lac Noiret, lac Gustave, lac Édouard, lac Diez-d’Aux, lac Pelletier et lac Bélanger); de Saint-Adolphe-d’Howard (Petit-lac-Sainte-Marie, le lac du Cœur, le lac à la Truite, le lac Gémont, etc., en plus du lac Chevreuil) et 35% du territoire de la Municipalité; le lac Anne dans Argenteuil; sans compter la majeure partie de l’agglomération de Morin-Heights (94% du territoire est dans ce bassin-versant), avec le lac Bouchette et le lac Écho, et 35% de Saint-Sauveur, avant de se déverser dans la Rivière-du-Nord. La concentration de population se retrouve ici principalement dans les secteurs urbanisés et autour des lacs. Nous n’avons pas trouvé dans le Plan les modes de traitement des eaux usées spécifiques au territoire étudié. 

Nous ne connaissons pas davantage les acteurs susceptibles d’agir sur le lac Saint-François-Xavier impliqués dans l’élaboration de ce Plan, ni les sources d’échantillonnages qui ont dû y être conduits ou utilisés. Il est à espérer que l’impact de son habitat et de ses installations sanitaires soient négligeable dans la pollution occasionnelle de la rivière à Simon par des coliformes fécaux.

Plan d'action d'Abrinord

Carl Chapdelaine

Le café des citoyens

L’initiative d’une matinée de rencontre avec le maire, au printemps de 2017, venait du maire de Sainte-Adèle. «C’est avec grand plaisir que le maire Robert Milot accueille les citoyens dans le cadre des matinées ’Café avec le maire’. L’objectif de ces rencontres est de discuter personnellement avec les Adélois et de permettre une plus grande proximité.» Le concept existe aussi à Saint-Georges, en Beauce, et probablement ailleurs. Ces rencontres ont soulevé un grand intérêt à Sainte-Adèle; de nombreux citoyens ayant grandement apprécié de pouvoir poser des questions au maire et d’être ainsi informés sur divers sujets municipaux d’actualité.


Évidemment l’opposition au maire (élu lors d’élections partielles en 2016), forte de sa majorité au Conseil, s’est rapidement objecté à ce genre de rencontres, qualifiées de partisanes. Le Conseil des maires de la MRC a, par ailleurs, émis des directives concernant les présentations faites par le maire ou les membres des conseils municipaux lors d’événements publics pour éviter toute utilisation partisane de telles présentations, lors de l’annonce d’une subvention par exemple.


De telles rencontres d’information au citoyen répondent assurément à un besoin, à Sainte-Adèle et à Saint-Georges, comme à Wentworth-Nord. S’il y a un point sur lequel tous s’entendent en effet, c’est que l’on cherche à être au courant de ce qui se passe, et notamment à l’hôtel de ville. Ceux qui manquent le rapport du maire Genest en début des séances municipales ou, souvent, sa revue de l’actualité municipale, lors de diverses rencontres publiques, se privent déjà d’une source d’information précieuse pour comprendre cette actualité et bien plus. L’on sent bien que, ici, le problème de l’entretien de l’immense réseau routier de la Municipalité, face à la faiblesse de ses moyens, prendrait plus d’importance dans les échanges que dans les deux villes citées. Questions et réponses permettraient peut-être un dialogue plus productif sur la question qu’actuellement.


La formule devrait évidemment être modifiée pour que l’opposition éventuelle au futur maire et aux conseillers qui l’appuient puisse aussi y trouver son compte et y participer. Là, Saint-Georges a peut-être trouvé le bon équilibre. Les services de la mairie, urbanisme, environnement, etc., seraient également sollicités pour participer à de telles rencontres, comme cela nous semble avoir été le cas à Sainte-Adèle. Leurs directeurs, ne travaillant plus dans l’ombre, se verraient peut-être mieux reconnus et compris.


La question de la langue n’est pas négligeable. À Wentworth-Nord, au regard des deux langues officielles pour une population de 1380 habitants*, il y avait une minorité de 292 anglophones en 2016 (i.e. 21% à W-N contre 10% dans la MRC), dont 80 individus ne connaissaient pas le français, selon le Recensement du Canada. Profil du recensement, Recensement de 2016.


Si les séances municipales y attirent aussi peu de personnes, et notamment dans la communauté anglophone de Montfort, c’est à notre avis beaucoup en raison de l’unilinguisme officiel de la Municipalité, les ordres du jour n’étant plus soumis qu’en français depuis belle lurette. Lors de consultations publiques, on a pu y voir certains anglophones s’objecter à des présentations unilingues ou quitter la salle en protestant haut et fort. Une rencontre avec les élus de la Municipalité et les directeurs de ses services à Montfort, ou à défaut avec les simples conseillers des deux districts concernés, devrait donc être inscrite en dehors du cadre municipal réglementaire.


Et puis, le Conseil siège sans interférence possible des citoyens; ces derniers n’ayant droit de parole qu’à la Période de questions ou lors des dérogations mineures à la réglementation d’urbanisme. Le Conseil vote sur des propositions ou accepte des rapports dont l’auditoire n’entend que l’énoncé, souvent sans le moindre aperçu du contexte. Lors d’un café des citoyens, pas d’ordre du jour strict; tout au plus, peut-on imaginer, un ordre du jour des questions de la salle, en fonction peut-être des services municipaux représentés à telle ou telle occasion. À Saint-Georges, «le maire et les élus invitent les résidents des districts à participer à cette rencontre afin d’échanger autour d’un café sur tout sujet relatif à leur quartier».


Nous ne connaissons pas l’état et l’avenir de ces initiatives dans les Pays-d’en-Haut ou en Beauce ; l’intérêt éventuel des citoyens et des élus pour un tel événement à Wentworth-Nord conduirait le futur Conseil à y regarder de plus près.


*Population au 10 mai 2016 (Tous résidents présents à cette date ou seulement les habitants d’une résidence principale?)


Carl Chapdelaine

Mme Nymark, dg Coop des 4 Pôles

Mme Kim Nymark a été nommée à la direction générale de la Coop des 4 Pôles suite au départ de M. Frédéric Hérault.  «Mme Nymark est native des Laurentides. Son parcours professionnel cumule une grande expérience en matière de services à la communauté et d’engagement social.»


Le choix de Mme Nymark s’inscrit dans la volonté du conseil d’administration de voir la Coop «devenir encore davantage un organe à valeur ajoutée pour Wentworth-Nord», signale le vice-président, M. André Cliche. «La Coopérative des 4 pôles est la seule instance qui existe à Wentworth-Nord vouée à l’entretien d’infrastructures publiques (une richesse qui appartient à tous les citoyens de Wentworth Nord) et à l'organisation d’activités récréatives créant de l’intérêt à vivre à Wentworth-Nord et contribuant à améliorer la qualité de vie de nos jeunes, de nos familles et de nos aînés.»


M. Cliche invite tous les résidents de Wentworth-Nord à «participer aux consultations qui seront organisées par la Coop dans les prochaines semaines, qui viseront à déterminer les orientations de l'organisme pour les prochaines années».


Carl Chapdelaine

Compte-rendu de la séance municipale du 10 juill. 2017

Le maire André Genest présidait la séance. (Procès-verbal)


Rapports
- M. Genest parle d’actualité à la MRC, où la détermination du complexe sportif régional vole toujours la vedette. Une décision à cet égard serait pré-requise pour l’obtention probable d’une subvention gouvernementale d’une vingtaine de millions de $, sur un coût total de plus de trente millions.
- Suite à la rupture d’un barrage de castor ayant entraîné la dégradation d’un chemin et des dommages matériels au lac Notre-Dame, le maire traite de la question de la surveillance de ces barrages par la municipalité, avec l’expertise de son ingénieur-conseil, M. Desmarais(?).
- La municipalité utilise une codification pour évaluer l’état d’un tel barrage et prévenir, autant que peut se faire, les risques pour la population et les infrastructures routières principalement. Le fait que la route soit pavée ou non ne semble pas déterminant dans sa capacité à résister à l’impact d’un torrent d’eau.
- Il indique que les risques de rupture augmentent suite à l’éclatement d’orages importants. Il y a eu des ravages, par exemple, aux environs du km 18 du Corridor aérobique.
- Les castors construisant des barrages à des endroits où cela constitue un danger sont piégés; le dernier castor présent au lac Thurs(t)on a été capturé aujourd’hui. (Étant donné l’état de la bête après sa capture, sa relocalisation n’est plus vraiment nécessaire…)
- Il semble que le climat change et que les orages risquent d’être plus fréquents et dévastateurs. Ce changement expliquerait-il qu’une famille de dindons sauvages se soit installée sur le terrain du maire; alors que l’on ne voyait pas ce volatile dans la région jadis? (M. le maire n’a pas précisé s’il attendait l’Action de grâce pour régler le problème…)


Administration
- 5.5 L'avis de motion concernant l’utilisation de la barrière au chemin de Newaygo et l’entretien d’été de la rue du Chemin-de-fer vise, comme mentionné à la séance de juin, à ajouter des usagers qui n’avaient pas été inclus au départ, moyennant le paiement de la taxe de 50$/an pour l’utilisation de ladite barrière.
- 5.11 Alors que le projet, présenté jadis par la Coop des 4 Pôles, de construire un quai en tête du lac Saint-François-Xavier (à l’exutoire du Lac à-la-Croix), près de «la Cédrière» du Sentier des Orphelins, semblait abandonné, il est maintenant accepté.


Hygiène du milieu et environnement
- 8.1 Une entente de partenariat avec l’Association Lac Laurel, telle que pré-requise à l’application du règlement sur le lavage des embarcations, a été signée et adoptée.


Période de questions
- Précisions sur le quai de la Coop des 4 Pôles au lac Saint-François-Xavier? Réponse du maire : C’est en eau peu profonde et où ne s’aventureraient pas les embarcations motorisées. Il pourra accueillir les kayakistes ou autres qui voudront ainsi accéder au Sentier, pique-niquer, etc. En sens inverse, les usagers du Sentier pourraient, à leur guise, y mettre les pieds à l’eau (voire y cueillir des fleurs de nénuphar ou y taquiner les ouaouarons…)
- Nombreux commentaires et revendications par l’un des résidents du lac Notre-Dame touché par la rupture récente du barrage de castor. M. Eric Johnston renchérit sur le sujet. Il faudrait selon eux une plus grande surveillance de ces barrages et des castors près des zones habitées. Les conséquences du plus récent événement auraient pu être encore plus graves que les dommages causés à la propriété (auto?) et au chemin. C’est un cas de sécurité publique et il faut trouver des solutions permanentes appropriées en fonction des risques. 

- M. Johnston demande à ce que les communiqués de sécurité publique, comme pour annoncer une contamination possible de l'eau, suite au bris de ce barrage de castor au lac Notre-Dame, soient bilingues.

- À la demande de précisions sur le mode de contrôle de certains de ces barrages par la municipalité, M. le maire explique que l’on peut pratiquer d’abord des brèches dans le barrage (pour rabaisser le niveau de l'eau retenue ainsi que la pression), avant de le défaire complètement. Mme S. Bélanger, la directrice générale, parle de l’existence des codes de classification à utiliser pour déterminer l’état et les risques que représente un barrage.
- M. le maire : L’une des stratégies pour diminuer l’impact (des ruptures de barrage,) des orages (ou de la fonte des neiges) sur l’habitat, est de chercher, par exemple, à détourner les voies éventuellement empruntées par l’eau vers des creux du terrain environnant et de creuser davantage les fossés en bordure des chemins menacés.


- La vitesse sur le chemin de Montfort? On demande si l’on ne pourrait pas passer d’une limite de 50 km à celle de 40 km sur cette route.
- M. Yves Jegou rappelle sa demande du mois dernier à l’effet qu’un comité local soit formé pour participer aux délibérations qui peuvent avoir lieu concernant la barrière de Newaygo. Le maire nous semble indiquer qu’il perçoive favorablement sa demande; il cherche à identifier les personnes à être impliquées à ce chapitre.
- M. Jegou prévient le conseil que plusieurs arbres en périphérie de la voie partagée du Corridor aérobique et surplombant cette dernière, risquent de tomber; il s’offre même pour les couper. Le maire propose une rencontre ultérieure entre eux pour voir à cela.
- Ententes de partenariat concernant l’application de la réglementation sur le lavage des embarcations? En plus de l’entente au lac Laurel, y en a-t-il d’autres, y compris avec l’ALSFX? Oui; c’est exactement le cas, selon le maire.
- Le nouveau responsable de la Coop des 4 Pôles a-t-il été nommé? Le maire répond que l’on semble effectivement avoir trouvé la personne appropriée. (Rien n’est cependant encore conclu.)
- On demande des précisions sur l’inscription des résidents permanents ou de résidences secondaires sur les listes électorales. M. Genest indique que ces questions relèvent de la directrice générale. Cette dernière explique que l’on voudra s’assurer de monter des listes exactes et que, pour ce faire, on veut pouvoir comparer les demandes d’inscriptions de cette année avec la liste aux dernières élections. Si les directives communiquées ne semblent pas claires, comme le prétend le demandeur, il faudrait en imputer la faute au directeur général des élections; la municipalité ne faisant que transmettre l’information reçue d’en haut.
- M. Roger Ponce rappelle sa demande, déjà ancienne, d’être informé sur les risques d’Introduction du myriophylle à épi par voie aérienne (hydravion). Toujours pas de réponse...

Carl Chapdelaine

Chien vs coyote

Dans la colline qui surplombe la rue du Chemin de fer, entre les kilomètres 11 et 12, le chien d’une résidence isolée a été attaqué par un coyote, avons-nous appris. Devant l’impossibilité pour les cliniques de Saint-Sauveur de prendre en charge un tel cas, les propriétaires ont dû amener leur animal chez un vétérinaire de Lachine pour le faire soigner. La facture se serait élevée à quelques milliers de dollars. Nous n’avons pas les mensurations des adversaires et ne savons pas si le coyote a aussi dû se faire traiter… 

Au lac Saint-François-Xavier, certains disent parfois entendre coyotes (ou loups?) et pouvoir communiquer avec eux en imitant leurs hurlements. Nous souhaitons sincèrement aux propriétaires, assurément très attachés à leur animal de compagnie, de le voir totalement remis sur pied le plus rapidement possible.

C. C,

Compte-rendu de la séance municipale du 12 juin 2017

Tenue à Laurel

Le conseiller André Soucy préside la séance en tant que maire suppléant.


Présentation du maire et des conseillers
- Le conseiller Réjean Gosselin, représentant du Conseil au Comité consultatif en urbanisme (CCU), annonce la tenue prochaine d’une troisième tournée d'assemblées publiques de consultation sur le projet de révision du plan d’urbanisme.


Administration
- Des travaux d’entretien de routes, suite aux dommages causés par les débordements de cours d’eau au printemps dernier, ont amené des dépenses supplémentaires de plusieurs milliers de $.
- Un avis de motion pour modifier le règlement 2016-432, concernant l’utilisation de la barrière de Newaygo et l’entretien d’été de la rue du Chemin-de-Fer, va amener des résidents d’autres rues que celles actuellement désignées à se prévaloir de la rampe de mise à l’eau en contrepartie du paiement des taxes applicables.
- La Municipalité va devenir «Ami corporatif» de la société de Développement ornithologique d’Argenteuil (DOA), moyennant le versement d’une cotisation de 200$.


Hygiène du milieu et environnement
- La Municipalité a conclu des ententes de partenariat avec les associations de protection de divers lacs de son territoire, dont le lac Saint-François-Xavier. Ces ententes visent à partager les tâches de surveillance d’application de la législation sur l’obligation de munir toute embarcation d’une vignette sur ces lacs avec les dites associations. Deux visites statutaires (par un agent municipal?) sont prévues au lac Saint-François-Xavier pour la saison.
Concernant le lavage et l’inspection des embarcations au Pavillon de Montfort et suite à une question, la Directrice générale, Mme Sophie Bélanger, explique que la Coop devrait s’occuper, encore cette saison, de cette tâche durant les périodes statutaires. Une entente avec l’ALSFX devrait être conclue pour assurer une surveillance par des bénévoles en dehors de cette période.
Il est à noter que le poste de lavage est en opération 24 heures sur 24, puisque le fusil-arroseur sous pression peut être saisi dans sa cage par tout visiteur qui se présenterait en l’absence de tout préposé. Pour le moment, aucun frais n’est alors prévu dans ce dernier cas; pas plus que l’émission de la vignette obligatoire…


Loisirs, culture et vie communautaire
- Proclamation des Journées de la culture, à l’image de ce qui se fait à l’échelle du Québec. Elles auront lieu la dernière fin de semaine de septembre, du vendredi au dimanche.


Période de questions
- Des résidents de la rue du Chemin-de-Fer aimeraient avoir leur mot à dire dans les décisions prises au niveau de la barrière de Newaygo et de l’entretien de cette rue. M. André Souci reçoit la demande, mais explique que la juridiction sur ces deux entités relève d’au moins trois administrations différentes, ce qui rend tout très compliqué
- On demande si l’on pourra se familiariser avec le document révisant la réglementation sur l’urbanisme avant les assemblées de consultation prévues. Le conseiller Gosselin reçoit la demande et explique qu’il y a des prescriptions à respecter (dont celle des 30 jours…); il ne peut se prononcer sur la question.
- On demande si, à l’instar de ce qui s’est vu ailleurs, on risquerait de voir la construction de quais pour des résidents de la deuxième couronne du lac Saint-François-Xavier. En réponse, le conseiller Gosselin et la Directrice générale indiquent que la Coop des 4 Pôles avait présenté le projet d’un quai à partir du Sentier des Orphelins (terrain municipal), mais que le projet n’a pour lors pas abouti. La réglementation actuelle stipule que seul un riverain ayant 50 pieds de façade sur le lac peut y construire un nouveau quai.
- Un résident du lac Notre-Dame demande si de l’asphaltage aura bien lieu sur le chemin Notre-Dame-Sud cette année. La Directeur général adjoint, M. Joseph Licata, répond que seules les disponibilités éventuelles du budget pourraient permettre cette réalisation en 2017.
- On demande si la Municipalité pourrait publier les procès-verbaux des séances municipales dans les deux ou trois mois suivant ces dernières. La Directrice générale répond que l’on aimerait bien pouvoir le faire.
- On apprend que le directeur de la Coop des 4 Pôles, M. Frédéric Hérault, quittera ses fonctions le 23 juin prochain. (M. Hérault était l’homme-orchestre de la Coop.)

Carl Chapdelaine

Ordre du jour

Le Fonds de développement des territoires (FDT)

Ce programme, créé par Québec en novembre 2014 en remplacement d’autres outils d’intervention comme la CRÉ et le CLD, permet aux MRC de réaliser des projets structurants (potentiel de croissance et effet économique multiplicateur) dans les domaines de l’aménagement, de la culture et de l’environnement entre autres. Il doit suivre l’identification des priorités d’interventions effectuée annuellement par la MRC et peut se traduire par des subventions, de l’accompagnement et/ou de l’aide technique. Les interlocuteurs privilégiés de la MRC sont ici principalement ses municipalités, les organismes à but non lucratif incorporés et les coopératives non financières. Les demandes d’aide pour le programme de 2017-2018 devaient être présentées avant la fin de mars 2017.


Pour ce qui est de l’environnement et de l’aménagement du territoire, les priorités d’intervention sur lesquelles devaient se baser les projets répondaient à certains enjeux dont :
- L’accessibilité au territoire public et à ses lacs (Développer et favoriser les accès publics aux lacs et aux terres publiques).
- La protection des milieux naturels et de la qualité de l’eau (- Par la sensibilisation à l’environnement; - Par l’amélioration de la qualité de l’eau et le contrôle de l’apport en contaminants vers les cours d’eau.)
- La reconnaissance du patrimoine bâti et des paysages (Identification, protection et valorisation.)


Parmi les partenaires souhaités pour certaines de ces actions, la MRC comptait plus spécifiquement sur les organismes de bassins versants, Vélo Québec, Éco-Corridors laurentiens, les municipalités locales, la Société de plein-air des Pays-d’en-Haut (SOPAIR) et le CRE-Laurentides.


Sources :
http://lespaysdenhaut.com/fonds-et-programmes/
http://lespaysdenhaut.com/wp-content/uploads/2016/06/Priorites-intervention-2017-2018.pdf
http://lespaysdenhaut.com/wp-content/uploads/2016/06/APPELProjets-2017-2018.pdf

Carl Chapdelaine

Micro-bibliothèque

Vous avez probablement déjà eu l’occasion de voir l’une de ces petites boites, maisonnettes ou autre, perchées sur un piquet et contenant des livres. Leur petite porte vitrée n’est pas barrée et vous pouvez y prendre le livre qui vous intéresse. Bon moyen de favoriser les échanges, de faire connaître vos goûts de lecture et de recycler les livres en surplus pour en faire profiter les autres, indiquent Yves Léveillé* et Louise Lapointe**, membres de la Table de concertation des arts et de la culture de Wentworth-Nord, lancés sur ce projet.


Demandez-leur comment réaliser votre micro-bibliothèque ou rechercher un plan sur Internet. Vous pouvez la construire à partir de bois à recycler; en utilisant une boite à pain ou autre petit meuble condamné; en y allant autrement de votre imagination ou peut-être en vous en procurant une déjà fabriquée. Vous pourrez aussi utiliser la trousse de départ bientôt disponible sur le site internet de la municipalité de Wentworth-Nord. Et attention à son aspect et à son intégration dans notre beau paysage champêtre.


Yves et Louise vous invitent également à tenir compte de l’accessibilité de votre micro-bibliothèque, de son entretien et de la sécurité de l’installation pour les futurs usagers.


Le 10 juin, le jour de la «Fête des voisins», il faudra inaugurer votre micro-bibliothèque.

Carl Chapdelaine

*(450) 226-9825 **(514) 387-8488

Les oiseaux parmi nous

DOA
Tel était le sujet de la présentation du directeur général de DOA (Développement ornithologique Argenteuil) à la Journée Verte 2017 de Wentworth-Nord et à laquelle assistaient une quarantaine de personnes. Biologiste faunique, M. Martin Picard s’intéressait aux oiseaux dès son jeune âge. Résident d’Argenteuil depuis 2012 seulement, il a vite découvert la richesse ornithologique de cette région. Mais en même temps, il s’est vite rendu compte que ce potentiel était inexploité, inconnu même; qu’aucun inventaire ou autre donnée scientifique sur les oiseaux n’y existait. On y trouvait de bons sites d’observation; mais ils n’étaient pas mis en valeur comme ceux de Baie-du-Febvre pour les oies blanches ou autre. L’ornithologue en lui ressent l’urgence d’agir, et c’est la naissance, en octobre 2015, de cet OSBL.
Avec ses trois volets d’intervention, l’approche scientifique, le volet récréotouristique et le côté éducationnel, DOA n’est pas une simple société ornithologique. Grâce à ses membres ou plutôt à ses AMIS, elle a déjà 140 nichoirs actifs (sous surveillance et entretenus annuellement) d’installés. Son objectif est d’en avoir 500 en 2022, sans compter son projet de guide RNA (Réseau de nichoirs d’Argenteuil). Et si vous voulez être dans le compte, à Montfort, M. Picard ira vous rencontrer et vous conseiller. En tant qu’AMI déjà, vous profitez de quatre sorties annuelles; et, en tant qu’association de lac ou autre, vous pouvez être un AMI corporatif. 


L’habitat des oiseaux et le vôtre
Activité récréotouristique qui peut se pratiquer de jour comme de nuit et à l’année longue, l’observation des oiseaux est en forte hausse au Québec. Mais ce que ses amateurs n’ont peut-être pas remarqué c’est que les oiseaux sont indicateurs de la qualité de l’environnement. Comme les humains, ils s’installeront et se développeront éventuellement là où les conditions leur seront les plus propices. Au contraire des tortues et des escargots, les distances ne leur sont pas d’un grand obstacle. Les oiseaux migrateurs retourneront tout naturellement à leur lieu de naissance ou dans leur territoire annuel; c’est le cas du huard, qui peut vivre de vingt-cinq ans à trente ans et voir ses rejetons revenir au cours de leurs premières années.
Mais si la coupe forestière, le lotissement, la modification des cultures et des techniques agricoles ou la pollution ont rendu ces lieux inhospitaliers pour eux, ils iront à la recherche de nouveaux espaces. Leur population s’évanouira où vous aviez coutume de les retrouver. Ainsi des sursauts dans le niveau d’eau du lac pour le huard, qui niche presque au ras de l’eau; ou une crue printanière tardive submergeant son îlot de prédilection et qui le porte à retarder sa nidification; auront des répercussions parfois catastrophiques sur sa petite couvée. Les deux œufs des huards sont énormes et demandent beaucoup d’énergie à la femelle qui n’aura pas de seconde couvaison. Pour les protéger de cette menace, l’ornithologue vous proposera de fabriquer une plateforme artificielle flottante et aménagée pour y amener cette espèce à nicher.
Si vous vous intéressez aussi de près à l’équilibre des lacs, vous ne pourrez-vous empêcher de faire l’analogie avec la description de l’évolution de l’habitat des oiseaux que vous en donne M. Picard. Leur habitat a une «capacité de support»; il faut s’assurer de le maintenir en bon état, le restaurer, voire le créer parfois, en installant des nichoirs ou en décrétant des zones protégées, comme c’est l’obligation dès qu’un regroupement de hérons transforme une parcelle de territoire en héronnière. La baisse de la trappe a ainsi permis l’augmentation de la prédation des oiseaux; mais, dans les milieux urbains, ce sont les chats errants qui sont à craindre. La baisse du nombre d’insectes dans les zones que nous fréquentons, ce que les plus vieux d’entre nous ont certainement remarqué, y a entraîné la diminution des espèces qui s’en alimentent, comme les hirondelles. Le début précoce des semailles, occasionné peut-être par le réchauffement climatique, bouleverse la nidification au sol des espèces concernées. La coupe du foin plus hâtive qui en résulte peut amener un massacre des oisillons dont le cycle de reproduction des parents n’a, pour sa part, pas changé.


Les oiseaux à Wentworth-Nord
La municipalité possède un milieu forestier très hétérogène, de forêt mixte, jeune ou plus mûre, avec une juxtaposition d’habitats divers pour les oiseaux. Vous imaginez ce que cela peut occasionner comme diversité d’espèces d’oiseaux? Vous ne retrouvez pas une telle diversité en milieu urbain (sauf peut-être dans certains boisés où s’arrêtent les oiseaux en cours de migration).
Parmi nos oiseaux, il y a les canards noirs et les colverts qui aiment les étangs à castors où ils trouvent une nourriture et des conditions appropriées. Les huards et les grands-harles (becs-scie) sont plutôt amateurs de poissons.
Pour observer les différentes espèces d’oiseau, il faut soit regarder au sol pour la gélinotte huppée, avec le claquement si caractéristique du mâle qui délimite son territoire tout en attirant les femelles; de même pour la paruline couronnée et et pour la grive solitaire qui s’alimente au sol ou dans les arbustes et arbres. Les oiseaux de la «strate basse», à faible hauteur donc, eux, sont surtout représentés par les parulines à flancs marron, flamboyantes, bleues, à collier, à tête cendrée et à croupion jaune, la mésange à tête noire, la grive des bois, le troglodyte des forêts, les sitelles à poitrine blanche et à poitrine rousse et le geai bleu. Il faut au contraire bien lever la tête pour voir ceux de la haute strate, dont le roitelet à couronne rubis, le piranga (tangara) écarlate, le viréo aux yeux rouges, le gros-bec errant et le tyran huppé.  Parmi les oiseaux bien présents, M. Picard nomme encore, dans des classes à part, les pics et les oiseaux de proie, dont l’épervier. 

DOA        Oiseaux des Laurentides

Carl Chapdelaine

Séance du conseil de Wentworth-Nord

Points d’intérêt particulier pour Montfort-Newaygo, à la séance de Saint-Michel

Administration
-       Demande d’aide financière pour le projet de circuits historiques et patrimoniaux de Wentworth-Nord.
-       Modification au contrat pour la 2e phase du projet du chemin Thurs(t)on et de la rue Mount – nouveau prix/firme WSP
-       Sur le cas Lisbourg (parc et terrain de jeux).

Hygiène du milieu et environnement
-       Adoptions de règlements en rapport avec le programme ÉcoPrêt, pour le remplacement des installations septiques, et un emprunt pour en permettre l’application (cas des installations septiques non conformes).

Urbanisme et zonage
-       Rapport sur la réunion du comité consultatif en urbanisme du 21 avril.
 Carl Chapdelaine
Ordre du jour

Nouvelles de la MRC

Tirées du procès-verbal* de la séance régulière du Conseil de la MRC tenue le 14 février 2017 à Piedmont, sous la présidence du préfet-suppléant, M. Gilles Boucher.


Entente inter-MRC pour la Table des préfets des Laurentides
1. Comme la Conférence régionale des élus des Laurentides a été dissoute suite au budget provincial du 4 juin 2014 visant le retour à l’équilibre budgétaire.
2. Comme les MRC estiment qu’un tel outil de concertation entre les préfets des MRC, relativement aux différents enjeux territoriaux, doit être réinstauré.
3. Comme les MRC peuvent adopter des ententes inter municipales relativement aux domaines de leur compétence.
4. La MRC autorise la signature d’une entente à intervenir entre les huit MRC de la région administrative des Laurentides. Un comité nommé «Table des préfets de la région des Laurentides» sera ainsi créé.
5. À la liquidation de l’ancienne Table des préfets un actif de 12 400 $ subsistait. Cette somme est administrée par la MRC des Pays-d’en-Haut pour le compte des MRC. Elle pourrait contribuer à l’allocation des ressources nécessaires au fonctionnement du nouveau comité.

Kiosque d’information et vêtements promotionnels
Suite à un appel d’offres, la MRC des Pays-d’en-Haut a accordé «la fabrication d’un kiosque d’exposition, de vêtements personnalisés et du développement d’un concept visuel pour la participation de la MRC à différents salons» à l’entreprise Erod, pour un montant de 8 054 $.


Environnement : Matières résiduelles et Tricentris : nouveau protocole d’entente.
1. Comme la gestion des matières résiduelles sur l’ensemble du territoire des Pays-d'en-Haut est de la compétence de la MRC.
2. Comme huit municipalités et villes de la MRC sont actuellement membres de Tricentris sur le traitement des matières recyclables.
3. Comme l’entente avec Tricentris arrive à échéance le 13 avril 2017.
4. La MRC des Pays-d'en-Haut a choisi de devenir membre de Tricentris en lieu et place de ces municipalités par la signature d‘une nouvelle entente.
5. Il est décidé que M. André Genest, maire de la municipalité de Wentworth-Nord, soit nommé pour siéger sur le conseil d’administration de Tricentris.

Carl Chapdelaine

Procès-verbal

Concours d'embellissement

À la séance municipale du 10 avril dernier, la conseillère Gour a présenté une initiative pour promouvoir l’embellissement de la municipalité de Wentworth-Nord par ses résidents. Comme il en était déjà fait allusion dans les Échos des clochers (Hiver 2017), il y aura en effet un concours pour encourager citoyens et entreprises à fleurir leur devanture de propriété, avons-nous retenu. Le lancement officiel aura lieu lors de la Journée Verte, le 20 mai. Cela pourrait aider la Municipalité à enrichir son blason d'un fleuron supplémentaire avec le retour cette année des évaluations par la Corporation des Fleurons du Québec.

Mme Louise Gour est la conseillère municipale responsable du comité consultatif en environnement (C.C.E.).

Nous avons une proposition de paravent-bac floral à titre de contribution. Un beau projet pour la Coop de solidarité Laurel-station...

Carl

Séance du Conseil de W-N du 10 avril


Compte-rendu de la séance du Conseil de Wentworth-Nord du 10 avril 2017, tenue à Montfort et présidée par le Maire André Genest


Rapport du maire
 Rencontre du 20 mars avec la Société d’Histoire et de Généalogie des Pays-d’en-Haut à Laurel. La SHGPH récolte d’anciennes photos et autres pour monter un numéro de sa publication La Mémoire qui sera consacré au patrimoine et aux richesses collectives de Wentworth-Nord; une série de son comité patrimoine. Suite à cette collecte, il y aura également une exposition sur les grandes familles et les bâtiments par la SHGPH.
 Participation à l’AGA de SOPAIR, la Société de plein air des Pays-d’en-Haut, anciennement SOPRÉ, dont le maire est l’un des trois délégués du Conseil des maires de la MRC.
 Projet de création d’un «marché fermier» à Laurel du type de celui de Morin-Heights, pour permettre la vente et la promotion des produits locaux.
 Poursuite du travail sur le plan d’urbanisme.
 Collaboration avec le Comité de développement économique.
 Réflexion sur le partage des coûts de la participation aux projets d’infrastructures de la MRC. Cas de la polyvalente(?) dont la répartition a été fixée par le Conseil des maires à 40%/population, 40%/valeur foncière et 20%/pour la proximité. Le maire aurait préféré que ce soit plus en % de la population, car lorsque viendra le temps de partager la facture (de 34 millions) pour Le complexe multisport de la MRC, à Sainte-Adèle, il ne faudrait pas que W.-N. ait à envisager une telle répartition.


Rapports des conseillers

Mme Gour rappelle la création d'un concours dans le cadre d'une campagne d'embellissement de la Municipalité (cf notre article plus haut).


Administration
 5.14   4 972$ pour un mandat d’analyse pour la gestion des eaux pluviales, exigée par le ministère de l’Environnement en rapport avec le prolongement du chemin Thurs(t)on et de la rue Mount.
 5.15   3 000$ et quelque, dans l’entérinement du mandat à WSP Canada Inc pour un «avenant» requis au projet du chemin Thurs(t)on et de la rue Mount.


Travaux publics
 Autorisation de dépenses pour le balayage printanier des rues. Sable et gravier seront déposés aux endroits prévus.


Hygiène du milieu et environnement
 8.1 et 8.2 Points relatifs au programme ÉcoPrêt. La Municipalité fera un emprunt pour le remplacement des installations septiques non conformes. Il est question d’une «banque» à laquelle le citoyen pourra faire appel.
 8.3 et 8.4 Points sur la réglementation concernant le lavage des embarcations (Voir notre article sur ces points précis).

L'accès au lac


Période de question
 Les nombreuses questions portèrent principalement sur les points 8.3 et 8.4 (Cf. notre article).
 Aussi : Quel est le rendement de la trappe à sable au pied de la Grande Côte? Rép. La fosse est vidée comme prévu; il faudra vérifier… (Voir nos Photos du mois) Photos du mois

 Note : Nos observations sur ces points de la séance du Conseil de la Municipalité ne sont que le reflet de notre compréhension. Le lecteur devra se référer au procès-verbal officiel pour toute interprétation et avant toute utilisation.


Ordre du jour

Carl Chapdelaine

Séance du Conseil de W-N, fév. 2017

Observations sur la séance du Conseil municipal du 13 février 2O17, tenue au Pavillon Saint-Michel.


Plan d’accompagnement du CRE pour 2017

Compte tenu que le programme d’accompagnement proposé par le CRE a pour but l’amélioration et le maintien de la santé des cours d’eau, en concertation avec le milieu, la Municipalité s’engage à signer éventuellement un contrat avec le CRE. Elle s’engage aussi à fournir un poste de travail (à la caserne des pompiers de Montfort) à l’Association du lac chargée de parrainer le projet.

Cet engagement est conditionnel à ce que:
1. Le Fonds environnemental du lac Saint-François-Xavier s’engage à défrayer le coût de la participation au programme, soit 17 500$ plus taxes.
2. L’Association collabore à la vérification de la présence des vignettes sur les embarcations, tel que stipulé par la nouvelle réglementation.
3. L’Association collabore à l’inspection des embarcations avec la Coopérative des 4 Pôles en assurant une présence au Pavillon de Montfort.
Note : Le soussigné, qui a lui-même présenté l'idée de ce projet au Fonds en mars 2016, et qui comportait l’élaboration d’un indispensable Plan directeur de lac, n’en a eu aucune nouvelle depuis le 9 février 2017. Accepté? Refusé? Reporté? Par qui? Pourquoi?

Chemin Thurs(t)on*
Le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) demandant des analyses et informations supplémentaires pour l’émission d’un certificat d’autorisation à la poursuite des travaux, la Municipalité octroie un nouveau mandat à la firme WSP Canada Inc. en rapport avec cette analyse. Une somme approximative de près de 7 000$ est associée à ce contrat.
La Municipalité autorise aussi une dépense pour compenser Domaine Lac Saint-Victor Inc. dans un échange de terrains qui s’est avéré être supérieur en sa faveur, en termes de superficie. Ces terrains supportent la construction des chemins Thurs(t)on et Mount.

* Le nom Lac Thurson a été relevé lors d’une enquête toponymique dans cette région, en 1968. Selon les informations fournies à l’époque à la Commission de toponymie, par des personnes habitant le territoire, ce lac est situé sur la terre d’un dénommé Thurson. (???)


Note : Nos observations sur ces points de la séance du Conseil de la Municipalité ne sont que le reflet de notre compréhension. Le lecteur devra se référer au procès-verbal officiel pour toute interprétation et avant toute utilisation. Procès-verbal du 13 février 2017

++Nouvelles de la MRC

Tirées du procès-verbal *de la séance régulière du Conseil de la MRC, tenue le 13 décembre 2016 à l’hôtel de ville de Saint-Sauveur, sous la présidence du préfet, M. Charles Garnier, puis de M. Gilles Boucher, préfet-suppléant. Le maire André Genest est absent.


Intervention du préfet, M. Charles Garnier
M. Garnier annonce que M. Gilles Boucher, maire de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson occupera désormais le poste de préfet-suppléant jusqu’au 5 novembre 2017 (jour du scrutin municipal). M. Garnier offre ses profonds remerciements à M. André Genest, maire de Wentworth-Nord, qui a occupé cette fonction pendant plus de quinze ans.


Annonces lors d’événement politique
Projet de règlement présenté par le représentant de Wentworth-Nord, M. André Soucy, et adopté, pour ajouter un élément au code d’éthique dont un préfet élu au suffrage universel, comme c’est le cas pour la MRC des Pays-d’en-Haut, est tenu de respecter.
La proposition de règlement interdit au préfet d’annoncer, lors d’une activité politique, la réalisation d’un projet, d’un contrat ou de l’octroi d’une subvention par la MRC, avant que toute décision finale en rapport avec ce projet n’ait été déjà prise par les autorités compétentes. (Le règlement sera adopté à la séance du 10 janvier 2017.)


Départ de M. Stéphane Lalande, directeur du développement économique et territorial
Mme Catherine Labrie, conseillère au développement économique, a été promue par intérim à ce poste de directeur tandis qu’un appel de candidatures a été autorisé afin de le combler. (Durant une quinzaine d’années et jusqu’à son abolition par Québec en 2015, M. Lalande avait été directeur du Centre local de développement des Pays-d’en-Haut, puis directeur du développement économique et territorial de la MRC en 2016, organisme ayant succédé au CLD.)


Le projet de ligne électrique à 120 kV du Grand-Brûlé
Puisque la MRC a modifié son schéma d’aménagement et de développement par l’adoption d’un règlement qui rend conforme le projet de ligne électrique à 120 kV du Grand-Brûlé – Dérivation Saint-Sauveur, la municipalité de Saint-Adolphe-d’Howard est tenue de modifier le sien en conséquence.
Le conseiller Clément Cardin, maire de Piedmont, propose l’adoption. Adopté à 7 contre 2; Mme Lisette Lapointe, mairesse de Saint-Adolphe-d'Howard et M. André Soucy, représentant de Wentworth-Nord ont voté contre.


Les Laurentides dans le National Geographic
La directrice générale de la MRC, Mme Jackline Williams, mentionne aux membres du conseil que le National Geographic a publié un article sur les Laurentides (Un aperçu de guide touristique avec conseils pour visiteurs): National Geographic

Note : Notre présentation de ces points du procès-verbal de la séance du conseil de la MRC n’est que le reflet de notre interprétation de leur lecture. Le lecteur devra se référer au procès-verbal officiel avant toute utilisation.

Carl Chapdelaine

*Procès-verbal, MRC, déc. 2016

+ Nouvelles de la MRC

Tirées du procès-verbal de la séance régulière du conseil de la municipalité régionale de comté des Pays-d'en-Haut, tenue le 23 novembre 2016 à Sainte-Adèle.*                                        Note : M. André Genest a le rôle de préfet, tandis que M. Soucy représente Wentworth-Nord.


Complexe sportif
Pour montrer que le dossier progresse bien, M. André Genest parle de la signature prochaine d’un bail emphytéotique avec la Commission scolaire des Laurentides et de la confirmation imminente du financement du projet. Il comportera un aréna avec deux patinoires et la piscine avec des jeux d’eau. Le complexe sportif sera situé à proximité de l’École secondaire A.N. Morin.
Création d’un comité de Développement économique et territorial
Le conseil de la MRC établira un comité de Développement économique et territorial. Mme Lisette Lapointe, mairesse de Saint-Adolphe-d'Howard, M. Robert Milot, maire de la ville de Sainte-Adèle et M. Jacques Gariépy, maire de la ville de Saint-Sauveur, représenteront le Conseil sur ce comité.


Dossier de la Coop Laurel-Station**
Une subvention de 5000$, sur 13 812$, pourrait être versée à la Coop par le biais du Fonds de développement des territoires. Mais les membres du Conseil de la MRC sur le comité chargé du dossier doivent d’abord pouvoir consulter tous les documents pertinents.


Le Comité consultatif multi-ressources
En janvier 2003, une convention de gestion des terres publiques intra municipales (TPI) de la MRC des Pays-d’en-Haut a été signée avec le ministère des Ressources naturelles; cette convention obligeait la MRC à se doter d’un comité multi-ressources pour la conseiller. Ce comité «doit être représentatif de l’ensemble des intérêts liés à la préservation des milieux naturels, au développement, et à l’utilisation du territoire d’application et de l’ensemble des ressources naturelles qu’il recèle».
Le Conseil a donc entériné une liste mise à jour des représentants des secteurs du municipal local, du récréatif motorisé et non motorisé, de l’acériculture, des loisirs, du tourisme, de l’environnement, de la foresterie et de la SOPAIR. N’y manquait plus que le représentant également requis du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, suite au départ à la retraite du précédent.


Navigation de plaisance et loi de 2001 sur la marine marchande
Par résolution, la MRC donne son appui à la MRC Memphrémagog dans ses démarches pour faire amender la loi sur la marine marchande concernant la navigation de plaisance ou de convenir d’une entente entre paliers de gouvernements pour autoriser les municipalités à intervenir dans ce domaine avec des mesures de protection de l’environnement.


Note : Notre présentation de ces points du procès-verbal de la séance du conseil de la MRC n’est que le reflet de notre interprétation de leur lecture. Le lecteur devra se référer au procès-verbal officiel pour toute utilisation.


*Procès-verbal, novembre 2016
**«La coopérative de solidarité Laurel-Station est née d’une initiative de citoyennes et citoyens de Laurel et de la partie sud de Lac-des-Seize-Îles qui voulaient ramener une station d’essence et d’autres services de proximité (épicerie, restaurant, internet haute vitesse) dans le secteur Laurel/Lac-des-Seize-Îles sud.» Coop Laurel-Station

Carl Chapdelaine

Nouvelles de la MRC

(Tirées du procès-verbal de sa session d’octobre 2016, sous la présidence du préfet-suppléant, M. André Genest 1)

Desserte par autobus
«Ajouter deux circuits par autobus de Sainte-Adèle (Mont-Gabriel) vers Laval (Station Cartier), à 6h30 et 7h25, ainsi que deux départs de Laval (Station Cartier) vers Sainte-Adèle (Mont-Gabriel), à 17h et 17h45, et ce, du lundi au vendredi pour une période de deux (2) ans avec option de retrait après un (1) an, sans pénalité.»


Développement économique
• Participation au Salon plein-air de Montréal les 2 et 3 avril 2017, en collaboration avec la SOPAIR.
• Cahier vélo dans le Journal Accès.
• 7000 copies de la Carte vélo de route en impression.
Travaux d’immobilisation sur le parc linéaire
Dans le cadre du Programme d’infrastructure communautaire de Canada 150, la Corporation du parc linéaire a obtenu une aide financière de 500 000$ de la part de l’Agence de développement économique du Canada. Cette subvention vise les tronçons du Parc linéaire situés dans les MRC d’Antoine-Labelle, des Laurentides, des Pays-d’en-Haut et de la Rivière-du-Nord.
Attendu que la MRC des Pays-d’en-Haut estime à 103 000$ les travaux d’immobilisation requis sur sa section, et autres attendus dont son autorisation à utiliser 51 500$ provenant de ce programme fédéral pour ce faire, il est proposé et adopté à l’unanimité que le conseil de la MRC des Pays-d'en-Haut autorise sa directrice, Mme Jackline Williams, à négocier et conclure un protocole d’entente entre la MRC et la Corporation du parc linéaire Le P’tit Train du Nord pour la réalisation de travaux d’immobilisation sur ce dernier.


Ligne 120 kV d’Hydro-Québec
Demande de suspension de la modification du schéma d’aménagement de la MRC, en attendant l’obtention de toutes les études d’impact environnemental nécessaires à la prise de décision, déposée par la conseillère Lisette Lapointe, mairesse de la municipalité de Saint-Adolphe-d'Howard, et appuyée par le conseiller André Soucy, représentant de Wentworth-Nord.
Cette modification au schéma d’aménagement de la MRC autoriserait la réalisation du projet de ligne à haute tension proposé par Hydro-Québec.
Les attendus présentés par la conseillère portent, entre autres, sur l’impact visuel du déboisement d’un corridor de 48 m. de largeur pour cette ligne Grand-Brûlé dérivation Saint-Sauveur, au sommet de collines surplombant la municipalité et des routes panoramiques, alors que des alternatives ont été proposées et qu’une résolution adoptée à l’unanimité par la MRC, le 8 mars 2016, statuait le projet comme non conforme aux objectifs de son schéma d’aménagement et de développement.
La demande est refusée par la majorité du conseil de la MRC.


1. Procès-verbal de la séance du conseil de la MRC des Pays-d'en-Haut, tenue le 11 octobre 2016 à l’hôtel de ville de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson. Procès-verbal, MRC, oct. 2016


Note : Notre présentation de ces points du procès-verbal de la séance du conseil de la MRC n’est que le reflet de notre interprétation de leur lecture. Le lecteur devra se référer au procès-verbal officiel avant toute utilisation.

Carl Chapdelaine

Recensement 2016 W-N & MRC


Après avoir augmenté de près d’une centaine d’habitants entre 2006 et 2011, la population de la Municipalité avait diminué de 4,1% en 2016, pour se retrouver à 1381 individus. La MRC des Pays-d’en-Haut, pour sa part, continuait de voir sa population croître.
Loin derrière l’époque, entre 1981 et 2006, où le chiffre de population de Wentworth-Nord était passé de 593 à 1353 personnes; en partie en raison de la conversion de chalets en résidences permanentes.  (Profil socio-économique des Pays-d’en-Haut, CLD).
Comme, en 2006, le total des logements privés étaient de 1927 unités, dont 669 (34,7%) étaient occupés par des résidents permanents, et que, sur 1989 logements privés en 2016, 741 (37,3%) sont ainsi occupés, la proportion de résidences secondaires aurait donc été en légère baisse pendant ces dix ans. La conversion des résidences secondaires en résidences permanentes se serait-elle poursuivie? Cette situation se serait toutefois légèrement inversée entre 2011 et 2016 (38,0% de résidences permanentes en 2011 contre 37,3% en 2016).
On peut aussi faire l’hypothèse que  la diminution de la population est en partie reliée à la réduction de la taille des ménages. Des jeunes auraient-ils quitté le logement familial pour loger dans une autre municipalité? Des personnes âgées se seraient-elles retrouvées en maisons d’hébergement à l’extérieur de Wentworth-Nord? 

Carl Chapdelaine

Rapport sur la consultation du 14 janv. 2017

Tenue au Pavillon Montfort, le 14 janv. 2017
Pour la municipalité : M. Emmanuel Farmer, Mlle Geneviève Desjardins, le maire A. Genest.
Le maire Genest fait une brève rétrospective de la situation, avec notamment les points suivants :
• Coupes forestières permises à Saint-Michel (?).
• 3 hôtels à Montfort jadis. On a depuis eu des résidents cherchant la tranquillité.
• La boucherie était une salle de danse avant. On y a investi 200 000$ pour de nouvelles installations sanitaires!
• Au pied de la Grande côte, le club avait remplacé la scierie.
• Peut-on trouver une zone commerciale à Montfort?
• Du côté de la caserne?
• Le conseiller Gosselin est sur le dossier avec le CCU.
Un intervenant:
• Peut-on imaginer qu’il n’y ait aucune zone commerciale?
Maire :
• Avec l’orphelinat, il y avait plus de résidents. Montfort s’est contracté avec sa disparition.
• Il pourrait y avoir du développement sur les terrains autorisés. Il y a un projet en marche depuis longtemps (à l’ouest du Pavillon de Montfort).
Un intervenant:
• Et du côté de la partie dans Saint-Adolphe? Entre le chemin Sainte-Marie et le prolongement du chemin Newaygo? Rép. du maire : On n’a aucun pouvoir sur Saint-Adolphe.

L’urbaniste, M. Farmer, invite l’audience à former des petits groupes de discussion autour de tables sur lesquelles est posée une carte du zonage proposé pour la municipalité. Au cours de cette période, lui et le maire font le tour des tables pour répondre aux questions des participants.

Rapports des groupes de travail
Groupe 1
Développement lent; le long des routes (cas avec les maisons de bois rond sur le chemin des Montfortains?), et sans accès à un lac.
• Habitude de faire ses achats à Morin-Heights.
• Développement nécessaire.
o Besoin d’un dépanneur; et pour cela de plus de population.
o En concertation avec Saint-Adolphe, on pourrait développer le village de ce côté-là.
Groupe 2
• Ne pas augmenter la densité autour des lacs.
Groupe 3
• Méga-zone de Montfort?
Groupe 4
• On a actuellement un zonage commercial que l’on veut conserver pour notre auberge. Est-ce que l’on va chercher à ne plus en avoir? Tant pis si on nous limite.
• L’accès à la plage?
Groupe 5
• Conserver les zones vertes autour du lac SFX. Ne pas augmenter la zone commerciale.
Groupe 6
• S’en tenir à la piste cyclable; rien de plus. Laisser Newaygo tranquille.
Groupe 7
• Le secteur de Montfort attire les foules. Le plan doit protéger le réseau de pistes récréatives.
• A-t-on besoin de zones commerciales?
Groupe 8
• Peut-être permettre l’exploitation de la forêt pour autre chose que le bois; dans une perspective de sécurité alimentaire (jardins communautaires).
• Il y a déjà du commercial au lac Notre-Dame.
Groupe 9
• Ne pas permettre l’asphaltage des stationnements.
Un intervenant : Utopique d’imaginer l’implantation de commerces ici; et on n’en a pas besoin.
Un intervenant à M. Farmer :
• Je ne vois pas d’avenue de développement dans votre plan; seulement un constat ou une évaluation de la situation.
• Acheter des maisons est maintenant réservé aux riches. La majorité de ceux qui viendront seront plutôt des visiteurs, des amateurs d’activités récréatives, à qui il faudra offrir des services.
• Il faudrait orienter le développement; le pouvez-vous? Rép. C’est par le zonage.
• Si on ne peut toucher à l’habitat existant, il faudrait créer du neuf, près d’un lac vierge, voisin d’une route; avec aucun droit acquis ou objection de résidents actuels. Faire appel à un promoteur. Ex. du Centre de villégiature du Lac Fiddler.
E. Johnson & E. Farmer: Prochaine étape : le zonage. Donnez votre avis en communiquant via le site web de la municipalité
C. Chapdelaine, 18 janv. 2017