Environnement

Vive la mouche noire!

Autour de la maison, à Montréal, ou même dans le boisé Saint-Sulpice à côté, rien à craindre de cette petite peste; plus de chance d’y voir le coyote que la mouche noire. Mais hier, en quittant mon chalet par le sentier Mount, les bras chargés, je devais ressembler à ces saints de l’Église avec une auréole autour de la tête. Une nuée de petites mouches noires semblaient aimantées par cette succulente pièce de résistance. Les Agniers n’auraient-ils pu s’en contenter pour la torture de nos Saints Martyrs Canadiens? Rien de tel dans la métropole ou à Saint-Jérôme. Qu’avez-vous fait avec vos mouches noires, avais-je demandé l’avant-veille à la parenté de Saint-Colomban? On était pourtant sur la terrasse de la maison, à l’orée du bois. 

Il n’y a peut-être pas dix ans que je me suis interrogé sur le fait que mon pare-brise ne soit jamais taché par quelque bibitte écrasée lorsque je venais dans les Laurentides ou en sortais. Je ne suis ni entomologiste, ni même biologiste, et je ne pouvais émettre aucune explication. À mon adolescence, disons fin des années 50, le pare-brise de l’auto de mon père était couvert d’insectes volants écrasés, mouches de toutes sortes, papillons et que sais-je, au moindre tour d’auto à la campagne. Des proches m’ont confirmé que c’était bien le cas.

En fait c’était tellement le cas, et ailleurs aussi sur la planète, que l’appellation «phénomène du pare-brise» est apparue dans le domaine de la science. Devant l’absence de donnée statistiques, certains auraient même tenté de mesurer l’opacité de la couche d’insectes écrasés sur les pare-brise pour pouvoir éventuellement évaluer l’évolution du problème; une sorte de protocole du pare-brise…

Une importante étude, ou plutôt une synthèse des recherches répertoriées sur le sujet, aurait été produite en Europe, en 2017, et une autre en Australie, pour identifier l’ampleur, les causes probables et les conséquences de ce qui s’avérerait être une diminution phénoménale de plusieurs catégories de ces insectes. On parle même du plus important épisode d'extinction depuis la disparition des dinosaures. Mais l’on n’aurait pas pu établir de corrélation directe entre l’une ou l’autre cause et le phénomène. En fait il semble que les insectes n’aient guère fait l’objet de prédilection des chercheurs dans le passé. Et les insectes rampants, comme les espèces aquatiques, ne sont pas épargnés par cette chute de population. 

En 1875, une invasion de milliards de «criquets des montagnes Rocheuses» a pris une semaine à traverser Plattsmouth, au Nebraska. Quelques décennies plus tard, suite au développement de la culture et de l’élevage à grande échelle dit-on, les derniers de leur espèce, éteinte depuis, étaient aperçus dans la Prairie canadienne. National Geographic. Très sensibles aux pesticides, les éphémères, ou mannes, une espèce aquatique, sont en voie de disparition dans certaines régions du Québec. Et quand avez-vous aperçu votre dernière sauterelle, votre dernier bourdon ou même votre dernier papillon? https://www.abatextermination.ca/ephemere/

Nous énumérerons ici les causes possibles, identifiées ou pointées par les chercheurs, que nous avons relevées :

- L’habitat et l'environnement (La conversion des plaines en terres agricoles, l’urbanisation, la déforestation, l’assèchement des zones humides, les espèces envahissantes chez les insectes et les parasites, bactéries ou champignons, la lutte contre les feux et l’aménagement forestier peut-être, la pollution lumineuse, etc.) 

- La perte de biodiversité, les pratiques agricoles, les pesticides et les herbicides :  Certains insectes se nourrissent d’éléments de plantes spécifiques; or la monoculture a considérablement réduit le nombre de plantes sur d’immenses territoires. Ces insectes sont disparus avec les plantes qui leur étaient associées. : Conservation de la nature, Canada. 

Un chercheur, Henri Goulet, ayant passé 50 ans à étudier les insectes pour Agriculture Canada, dit que les insectes rampants ont subi le même sort que les volants. Des espèces de coléoptères auraient complètement disparu de la Ferme expérimentale centrale de l’Ontario, peut-être en raison de la conversion des cultures en champs exclusifs de maïs et de l’utilisation conséquente d’herbicides au printemps.
Mais quelques endroits semblent épargnés; comme au parc provincial Pinery, à l’ouest de London et en bordure du lac Huron. Les vents du large auraient peut-être dissipé les pesticides. Ottawa Citizen

Les bourdons et les abeilles sont des cas plus présents à notre esprit. Certains pesticides utilisés dans les champs ou vergers semblent être la cause de leur déclin; du moins en Europe, où ont été faites les principales études citées:  Radio Canada international.

- L’auto : Certains se sont demandés si la route et les autos, qui tuaient des millions d’insectes volants en Illinois comme ailleurs, n’auraient pas décimé les populations de ces insectes. Canadian Geographic.

- Les changements climatiques (extrêmes de températures, sécheresses, etc.) sont mentionnés comme une cause potentielle. Mais ils peuvent aussi favoriser certaines espèces, comme l’arpenteuse de la pruche qui aurait profité d’hivers plus doux pour accroître sa zone d’expansion au Québec. Société d'entomologie du Québec.

Conséquences 

- En agriculture ou apiculture : Pollinisation des cultures réduite et chute de la production de miel.
- Disparition des espèces d’oiseaux et mammifères qui se nourrissent d’insectes volants, comme les hirondelles et les chauves-souris, etc.

Interrogation 

De Montréal à la baie James en auto, quand c’est la saison des insectes, le phénomène du pare-brise existe toujours, me confie une amie qui y a demeuré quelques années. Et ce n’est pas avec un passage dans un simple lave-auto que vous arriverez à les décoller. Des voisins de Montréal me disent aussi qu'ils récoltent encore des insectes de cette manière en allant, soit dans les Cantons-de-l'Est, soit à Saint-Michel-des-Saints, haut dans Lanaudière, soit à Ville-Marie, au Témiscamingue; mais en quantité moindre que jadis tout de même. Par ailleurs, tout en m’indiquant qu’il y a, cette semaine, des mouches noires sur le terrain de golf de Val-d’Or, en Abitibi, et qu’elles vous arrachent des morceaux de peau, on m’assure que les pare-brise font certainement mouche en allant de Val-d’Or à Ville-Marie.

Alors, si le phénomène existe toujours tant soit peu dans les zones où visiblement règne ou prédomine la forêt, il faudrait peut-être en établir la cartographie quantitative sur l’ensemble du Québec, avec le protocole du pare-brise faute d’autre instrument. On pourrait ainsi apprécier la situation, voir l'évolution future du phénomène, s’il y a toujours lieu, et contribuer à discerner entre les causes invoquées en Europe et ailleurs.  

La mouche noire, c’est donc signe d’un environnement encore naturel; pour notre bonheur à tous… Les travailleurs forestiers se couvraient d'huile et s'y habituaient. (Mais prévenez-moi quand leur cycle sera terminé. Un Montréalais peut survivre à la pollution; pas aux mouches noires!)

Ps : La mouche noire n’est pas un moustique; ce dernier, c’est notre maringouin. 
Bye-bye bibittes sur le pare-brise. Le nouveau printemps silencieux ? : David Suzuki

Par Carl Chapdelaine